Accueil Actualité Tous cons sauf Moi – Yes we con !

Tous cons sauf Moi – Yes we con !

par Trugluff

Tous cons sauf Moi – Yes we con !

Les verres du Balto se bousculent dans la joie de vivre. Le verbe toujours acéré des Tronches de Cake cisèle la connerie pour parer notre quotidien d’un bon zeste, le bras donneur aux convenances.

 

Cake 40 « Quand je vous dis que l’on vit une époque formidable ! Dans la famille sérial casse-couilles je voudrais la paire : bonne pioche. »

Huby  « Exemple ? »

Cake 40 « Exemple ? Ma journée débute par une pub pour le « salon du divorce ». Je n’en croyais ni mes yeux ni mes oreilles, j’ai failli faire un procès à mes parents pour infirmité caractérisée. Je connaissais le salon du mariage porteur de bonheur, mais le salon du divorce avec ses avocats et juristes, c’est tout juste porteur d’un cynisme maquillé de moquette, fardé d’un blush au néon clignotant témoignage d’une société décadente abandonnée par la morale. »

ARCHIBALD  « Pour attirer le client le Salon devait proposer en promo gratuite la  gravure de la date du futur divorce à l’intérieur de l’alliance. »

Madgic  « Une manière élégante de rappeler que le futur du verbe marier c’est divorcer. » 

Blaireau  « J’ajouterai que divorcer c’est pratiquer la position du démissionnaire. »

Cake 40   « Ce jour la connerie pleuvait à sot. D’abord la pub pour le salon du divorce et juste après j’entends aux infos que des parents portent plainte, sept ans plus tard, contre les médecins qui lors d’un accouchement délicat ont sauvé leur nouveau-né. Le miracle a eu lieu, la réanimation l’a emporté sur la mort mais l’enfant a des séquelles physiques importantes. Les parents réclament aujourd’hui 500 000 euros à l’hôpital pour l’acharnement des médecins à vouloir sauver la vie de leur enfant ! »

Huby  « Mais qu’auraient donc dit et fait les parents si le corps médical n’avait rien fait ? N’est-ce pas leur rôle que de sauver des vies ? »

Madgic « D’accord pour sauver des vies mais doit-on s’acharner ? »

Huby   « Pour un bébé il me semble que oui, pour une personne très âgée ou dans un coma irréversible on peut s’interroger. Mais le débat n’est pas simple, j’en conviens. D’autant que si je suis celle que l’on est en train de sauver, je ne suis pas sure que je dirai d’arrêter. »

Cake 40 « Ce que j’entrevois sur ce qui m’apparaît être le sauvetage d’une vie, c’est la condamnation des sauveurs. Je ne suis pas sur qu’ils auront la même passion à sauver une prochaine vie et c’est dommage pour celui qui suit. On réduit au niveau de la faute cet acte valeureux qu’en d’autres temps on aurait félicité. »

Madgic  « D’accord mais si c’est pour sauver une vie d’homme et la transférer en vie de légume, où est la victoire ? »

Cake 40 « Certes ! Mais la volonté de ces hommes à vouloir en sauver un autre n’avait pas pour objectif de réduire la vie de ce petit homme à l’infirmité. En ces instants, je suis sur qu’un immense acte d’amour s’est joué entre ces deux êtres. Ce qui me choque, outre le fait que l’on jette l’anathème sur ces médecins, c’est que cela se fasse aussi tardivement. Que l’on ne soit pas d’accord avec la décision médicale prise sur l’instant je peux le comprendre mais qu’on le fasse sept ans plus tard je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’agit d’une histoire de gros sous qu’un avocat a sans doute suscitée à défaut de l’avoir exagérée dans l’esprit des parents. » 

Huby  « La bêtise et la cupidité humaines sont les seules choses qui donnent une idée de l’infini. C’est là que l’on mesure qu’il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

ARCHIBALD  « Curieuse époque où la fortune ne se jauge pas à l’argent que l’on gagne, mais à celui que l’on pique. »

Blaireau  « J’en suis sur, on ferait parler les meubles rustiques, ils diraient que c’était mieux avant. »

                            

à la next si vous le voulez bien

11 commentaires

marie thé 7 décembre 2009 - 2 h 19 min

et des fois  c’est “marie tais” toi …

marie thé 5 décembre 2009 - 9 h 47 min

ARCHIBALD  « Curieuse époque où la fortune ne se jauge pas à l’argent que l’on gagne, mais à celui que l’on pique. »

ah oui    quelle belle réplique ….bonne soirée

Rocky des Bois 29 novembre 2009 - 1 h 16 min

Et le salon du divorce dans tout ça? Si c’est pas une débilité ça?! remarquez, dans une société de consommation comme la notre , l’essentiel est de faire de l’argent sur tout, et surtout de
l’argent!

Aurélien Royer 28 novembre 2009 - 1 h 30 min

Bonjour, je suis le créateur et modérateur de la communauté “Pour un monde meilleur” à laquelle vous contribuez.

Je lance, en décembre, le deuxième concours de la communauté. Je vous invite donc à y participer en prenant connaissance des modalités. Pour cela suivez ce lien: http://jes6.over-blog.com/article-nos-vos-voeux-pour-un-monde-meilleur-39177608.html

Je vous invite par ailleurs à vous inscrire à ma newsletter pour en savoir davantage. En attendant de vous lire, bonne journée.
Aurélien Royer (blog Jes6).

rosa luxembourg 25 novembre 2009 - 8 h 54 min

Vous écrivez que les parents doivent assumer leur choix ? mais de quel choix parler-vous ?  en 24 h la vie de cette famille a basculé, elle n’a rien choisi du tout, elle s’est retrouvée devant
la décision la plus difficile à prendre de sa vie…laisser vivre ou pas un enfant…un choix qu’ aucun parent n’aimerait à se poser.  Il  s’agit pas de savoir si l’on noie ou pas des
petits chats, Donc les familles concernées se raccrochent aux professionnels qui les entourent et si la mortalité enfantile a
chuté dans le monde, bien sur que c’est grace à eux  et l’on peut que se rejouir que la médecine avance ,pour autant en ce qui concerne l’acharnement des nouveaux nés tous ces équipes ne
partagent pas le même point de vue. Si certains ne voient que la prouesse médicale d’autres médecins prennent en considération la vie future de ces enfants et de leurs familles. Vous écrivez qu’il
faudrait intenter une action en justice pour prendre en charge cet enfant et vous avez raison mais vous ne pouvez pas ignorer que cela à sans doute déjà été fait et que rien n’a abouti , que le
quotidien de ces familles restent le même malgré toutes les belles promesses électorales . les familles d’enfants et d’adultes trysomiques français les placent en Belgique car chez nous on manque
de structures d’accueil. Regardez le film que Sandrine Bonnaire a fait sur le sujet  c’est édifiant!!! 

rosa luxembourg 24 novembre 2009 - 9 h 55 min

je vous trouve tous très cyniques et donneurs de leçon, sans doute  que vous ne cotoyez au quotidien  un enfant lourdement handicapé dù à un acharnement à la naissance…de loin c’est
facile les phrases toutes faites et les bons mots pour faire marrer sur un blog mais la réalité de ces familles est toute autre.
j’ai des amis qui se sont retrouvés dans cette situation, un enfant né à peine 5 mois, le petit tenait dans une boite à chaussure…je vous laisse imaginer la crevette que c’était. les parents se
sont déchirés entre le laisser vivre ou pas avec les multiples questions qui vous assaillent en si peu de temps car il y a urgence, le corps médical qui fait son boulot pour sauver à tout prix un
petit bout d’un kilo..et puis aujourd’hui , 8 ans après et une multitude de complications au quotiden jour et nuit, les parents sont tous seuls à gérer l’ingérable, un mome hyperactif bourré des
médicaments, un déficit mental et une motricité réduite et cette semaine , on vient de leur annoncer que leur fils perdait la vue définitivement…eux sont trop démolis pour entamer quelques
procédures que se soient, leur couple est mort , leur vie est anéantie…alors vous les donneurs de leçons, venez donc les soutenir un peu moralement et financièrement car avec un enfant atteint à
un tel degré, il y a un parent qui ne travaille pas, pas de vacances, pas trop d’amis qui viennent, forcèment quand il faut se lever toutes les 2 heures pour le changer , même si la vie est
éphémère pour vous Sixtine et pour vous truguff, un peu thune de nuit en rien, vous êtes navrants devant la détresse humaine…

virginie2mars 23 novembre 2009 - 4 h 33 min

La détresse de ses parents face aux besoins de leur enfant lourdement handicapé est probablement le motif premier de leur action. Notre société abandonne les enfants handicapés à la charge de leurs
parents c’est la triste réalité. Certes ce n’est pas aux médecins de payer.

vkarole 22 novembre 2009 - 7 h 38 min

Il a peut être fallu toutes ces années aux parents pour calculer combien ils pouvaient tirer du handicap de leur enfant , il y a encore beaucoup de gens qui ne savent pas compter alors il faut du
temps pour aditionner 1+1, afin d’arriver a la somme désiré.
Bonne soirée

sixtine 21 novembre 2009 - 3 h 48 min

Comme chacun sait : avec des ” si ” on refait le monde !
Ne vaut-il pas mieux accepter ce qui ne peut être changé… ? Et faire avec !
Rien ne dure, c’est une des réalités de l’existence. Tout est éphémère…
Quand on a compris cette évidence, on accepte beaucoup mieux les aléas de la vie !

Pangloss 21 novembre 2009 - 8 h 11 min

Une connerie aussi profonde est à mettre dans le Guiness Book (à consommer avec modération). les personnes sauvées d’un incendie grâce au courage des pompiers pourraient aussi demander qu’on les
indemnise pour les cicatrices laissées par les brûlures.
Et si on va par là, à combien se monterait l’indemnité que chaque Français pourrait demander au médecin qui a aidé à mettre au monde qui vous savez.

Les commentaires sont fermés.

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.