Accueil Politique Colère des Agriculteurs.
Colère des agriculteurs

Colère des Agriculteurs.

Merde in France.

par

Les personnages                   et                      Qui sommes-nous ?


Colère des Agriculteurs, Merde in France.

 

Il fallut attendre Henri IV pour nourrir les paysans et empêcher qu’ils soient pauvres en promettant la poule au pot tous les dimanches. Il faudra attendre les années 2000 pour les voir crever et se suicider – un suicide tous les deux jours ! L’enquête des suicides chez ORANGE avait porté sur 39 cas, quand le millier de morts chez nos agriculteurs n’a pas généré plus d’enquête et encore moins de battage médiatique. On les ignore en faisant mine de les écouter ; au mieux on les entend et lorsqu’ils sont mécontents, on leur crie « la ferme » !

Je crois entendre venir du Balto, la Colère des Agriculteurs, cette colère qu’il vaut mieux extérioriser si l’on ne veut pas souffrir de rage dedans. Nos Tronches de Cake restent solidaires et fières de notre agriculture en saluant le mouvement d’immobilisation de nos Paysans.

 

Madgic – Je suis écœuré d’observer nos agriculteurs mourir quand le Peuple se drape dans le surpoids. Les voir en colère pour se faire entendre est un non-sens démocratique. Je soutiens Arnaud Rousseau, le Président de la FNSEA, le pecnocrate de service, pour le maintien des blocages. Quel salarié accepterait que l’on réduise son salaire d’année en année ? C’est pourtant bien ce qui se passe entre la Grande Distribution et les Producteurs.

Cake 40 – Je suis totalement d’accord avec toi. Ce qui inadmissible et incohérent au regard de notre devise « Liberté, Égalité, Fraternité » et de notre Droit qui en découle, sont les règles de production imposées à nos agriculteurs que l’on bafoue en important des denrées hors « normes » !!! Notre Droit doit s’appliquer en toutes circonstances, sinon pourquoi légiférer ? Ou alors, laissons l’Europe des technocrates nous diriger.

ARCHIBALD – C’est déjà ce qui se passe, sinon pourquoi cette discrimination ? Les écolos sur ce point sont d’un mutisme coupable autant cynique qu’inique … ta mère. Comment peuvent-ils voir sur les étals de nos primeurs des denrées étrangères sevrées au glyphosate sans réagir ?

Huby – Moi, j’aime nos paysans, ce sont les racines de toutes nos familles. J’aime nos paysans, parce qu’ils ne sont pas assez savants pour avoir des idées tordues ; leur loi c’est la loi de la nature, la seule qui prévaut sur toutes les autres. Ce sont les seuls à posséder la clé des champs.

ARCHIBALD – Je les entends dire, « j’aime mon métier, mais j’aimerais en vivre », quoi de plus normal ? Comment en est-on arrivé à négliger ceux qui nous nourrissent ? Comment peut-on admettre sans sourcilier qu’un producteur d’eau minérale vende son litre d’eau 0.6€ à la Grande Distribution quand cette dernière exige d’acheter le litre de lait 0.45€, en dessous de son prix de revient de 0.51€ ?  

Madgic – Moi aussi, j’aime les paysans car ils travaillent sans compter, sans même parler de travail. Ce sont les peintres de nos paysages, ils dessinent l’harmonie de nos campagnes pour le plaisir de nos âmes. Un paysan c’est un chêne qui se déplace, alors mettez-lui des chaines et c’est le blues qui le tuera, en labourant ces chants de colère.

Cake 40 – Que cette colère leur apporte le respect et la reconnaissance. Que l’on arrête de les emmerder, eux comme tant d’autres, avec des règles administratives édictées par des technocrates soucieux de rentrer de bonne heure chez eux pour partir à la campagne.

Magmax – Vous savez, n’est pas paysan qui veut. J’ai des cousins qui avaient une ferme. Ils étaient si mauvais fermiers, qu’au bout d’un moment ils ont dû acheter des œufs pour que leurs poules puissent s’asseoir dessus et qu’elles n’aient pas honte en recevant des copines.

Blaireau – Moralité : une bonne colère vaut mieux qu’un coup de rouge. Le rouge fatigue, la colère apaise …

A la semaine prochaine  …

                                               

Maintenant à vous de poster un commentaire et de noter l’article (ci-dessous)    


Sur le même thème  (cliquez sur le lien) 

Suicides des agriculteurs

Les écolos m’emmerdent

Savez-vous planter des slips


Sources :        TF1 INFO

#LesTronchesDeCake #ColereDesAgriculteurs # BlocageDesPaysans # GreveDesAgriculteurs

Choisissez le nombre d'étoiles pour noter cet article

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre d'avis 3

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le/la premier(e) à noter cet article.

Laissez un commentaire

12 commentaires

luidgi 6 février 2024 - 17h49

Il y a très longtemps , SEGUIN écrivait contre cette Europe technocratique sans opposition . sans pouvoir contradictoire ….il avait raison ….

Réponse
les Tronches de Cake
Trugluff 8 février 2024 - 16h08

C’est bien de le rappeler, merci.

Réponse
VERSCHOOTE HUGUES 7 février 2024 - 18h34

Pas trop d’humour cette fois-ci, c’est que le sujet est sérieux. Mais pas récent, Fernand Raynaud avait fait un sketch sur le sujet ! Bref moi aussi j’avais des cousins qui avaient une ferme. Ils vivaient chichement. A leur mort, les 2 millions d’Euros qu’ils avaient accumulés ont été reversés aux petites soeurs des pauvres, qui sont ainsi devenues riches. Ce n’est pas une erreur : 2 millions… Mais c’est vrai que c’est un cas spécial, sachant que la plupart des agriculteurs ne sont pas propriétaires mais en fermage, et cela change tout…
Quand je fais mes courses j’achète toujours du “origine France”, il faudrait que tout le monde agisse ainsi.
Quant à la grande distribution, leurs marges restent obscures, ainsi que les quotas d’importations. A débattre…

Réponse
les Tronches de Cake
Trugluff 8 février 2024 - 16h22

A débattre effectivement.
Quant aux marges de la grande distribution elles sont sans doute pléthoriques, je ne le critique pas, quand on voit les budgets publicitaires déployés tous les ans tant à la TV, affichage, dépliants, radio, etc et qu’au bout du compte les résultats d’exploitation sont positifs.
Ce qui me dérange au-delà de ces marges c’est qu’en cours de route on fasse crever des entreprises pour les sauvegarder … les marges.
Ce qui me dérange, c’est cette mentalité pourrie de se nourrir sur la bête. Voilà le résultat.
D’autant que durant le confinement, il n’y avait que les produits alimentaires français de disponibles. Économiquement, les Français en sont-ils morts ? Non, alors pourquoi cautionner la grande distribution en achetant, marocain, chinois, espagnol, etc alors que nous savons tous que ce sont ceux sur lesquels ils margent le plus ?
L’importation à l’origine devait servir à combler les insuffisances agricoles et produits dont manquait la France !
Merci pour cet échange.

Réponse
Zoiseau 8 février 2024 - 17h13

Il est très difficile de parler d’agriculteurs tellement il en existe de différents…
IL faut aussi relativiser lorsqu’on parle d’argent ” En plus il faut payer le sel ! ” les avantages “en nature” viennent parfois modérer.
Leur point commun c’est une charge de travail considérable et l’amour de la terre…
Pour cela je les admire et les respecte !
Même les grands céréaliers, que certains se plaisent à critiquer, connaissent l’angoisse de la bourrasque de vent qui va coucher le blé la veille de le moissonner ou les variations hygrométriques qui déclasseront la récolte…
Nos bureaucrates parisiens qui n’ont de cesse de rajouter des formalités et tracasseries n’ont pas compris que leur travail se passe dehors et non derrière un écran.
Prenant nos vacances à la ferme, histoire de montrer aux enfants la vraie vie, et que les steaks ne se cueillaient pas aux arbres… Nous discutions avec un jeune qui terminait sa formation agricole et il nous disait que la matière la plus importante était le travail administratif et en particulier le remplissage des formulaires de dossiers de subventions !

Une petite remarque à l’intention de notre ami Archibald qui s’offusque du litre d’eau à 60ct et de lait à 45 !
Le scandale est que le litre de lait ne soit payé que 45 au lieu des 60 ou 70 justifiant le travail, le coût de l’élevage… Ne pas oublier que le litre le lait est vendu brut, en vrac et enlevé directement à la ferme par le camion de la coopérative ou du grossiste…
Le litre d’eau coule (presque) gratuitement mais nécessite aussi des contrôles, parfois une filtration et surtout un embouteillage dans un contenant PVC ou polyéthylène haute densité soufflé, avec un bouchon en Polypropylène de haute précision pour assurer une étanchéité à toutes épreuves, malgré les variations de pression, de température avec une étiquette grand format imprimée bi-couleur ou quadrichromie (étiquettes dont il faut parfois jeter les stocks et refaire les matériels d’impression parce qu’un petit fonctionnaire irresponsable a décidé d’un changement de mention de la plus haute importance – dont tout le monde se moque !)…
Bref ce n’est pas de l’eau que le consommateur achète mais un produit fini, emballé, transporté, stocké, mis en rayon et vendu à l’unité…
On achète pas de l’eau mais surtout un emballage… qui va aussitôt être mis à la poubelle !
Bonne fin de journée chères Tronches…

Réponse
les Tronches de Cake
Trugluff 8 février 2024 - 18h27

Merci pour cette démonstration de bon niveau qui complète bien cet article, comme toujours.
Ce qui m’offusque le plus est que le prix proposé à l’éleveur soit en dessous de son prix de revient ; je croyais que vendre à perte était interdit en France !
En France oui, mais pas dans les campagnes !
Encore un grand merci pour ton excellent commentaire et à bientôt.

Réponse
zoiseau 9 février 2024 - 10h38

@ Trugluff Mais je reste tout à fait d’accord avec toi sur le prix inacceptable du lait, le même phénomène se produit avec le vin (vendu en belles bouteilles, bouchons liège, capsules métal)… et certains jus de fruits !
On a perdu le bon sens dirigé par des fonctionnaires peu intelligents et manquant d’esprit synthétique…
Dans une vie précédente j”étais imprimeur.
Je me souviens avoir travaillé la même semaine pour La Ville d’Orléans qui faisait imprimer des plaquettes à l’intention des particuliers afin de leur expliquer comment se priver d’eau, laisser mourir les petits jardins potagers, les pelouses, idem les espaces verts de la ville…
Il y avait à coté l’Agence de l’eau Loire Bretagne qui essayait de convaincre les agriculteurs de ne pas délaver leur champs de maïs avec arrosage démesuré (pas de compteurs à l’époque sur les forages donc tentation…) pour grappiller qques 1 ou 2 % de rendement en plus. Et l’Europe qui vient par dessus pour geler de terres en jachère afin qu’elle se repose et limiter ainsi la surproduction céréalière…
Chacun dans son coin a raison, mais lorsque l’on gaspille (à l’époque) une ressource rare, en asséchant les nappes phréatiques en privant tous les autres citoyens, pour gagner dérisoirement alors qu’on met en jachère pour production excédentaire (et vaguement écolo) là ça devient ubuesque !
Exactement même pb avec le lait et autres produits importables.
On impose des conditions de production drastiques, avec tracasseries administratives phénoménales vu la pléthore de fonctionnaires désœuvrés n’ayant jamais mis le pied sur le terrain et se moquant du temps qu’ils font perdre aux actifs. La France particulièrement zélée en rajoutant une couche… sous prétexte de protéger vertueusement le citoyen !
Et de l’autre coté pour raison de “politique européenne” on ouvre grand les frontières en laissant entrer toute la daube du monde avec des accords permissifs sur la qualité au nom du coût de la vie et de la saine concurrence !
Rire : ne va pas raconter que la vente du lait se fait ” à perte ” tu risques de déclencher une guerre civile !
En découvrant celà quelques fonctionnaires zélés de Bercy vont tomber sur le dos de nos éleveurs pour leur coller des redressements phénoménaux dont ils ont le secret… et je crains que ça passe mal en ce moment !

Réponse
les Tronches de Cake
Trugluff 9 février 2024 - 12h44

Merci pour ce complément d’information qui, je l’espère, sera lu par un grand nombre car il est comme de coutume excellent.
Merci Zoiseau rare

Réponse
Le Pied-Noir 10 février 2024 - 21h30

Terriens je vous aime.

Quand le dernier paysan aura
De rage, brûlé sa ferme,
Quand le dernier fermier aura trait sa dernière vache,
Quand la dernière goutte de lait sera bue,
Quand nous aurons terminé notre dernière feuille de laitue,
Alors nous pourrons le manger,
Ce fric si mal gagné.
Mes ancêtres sont paysans,
Attachés à la terre et aux traditions.
Je le reste aussi…

Réponse
les Tronches de Cake
Trugluff 13 février 2024 - 12h45

Quel joli texte, tu ne seras pas tout seul car moi aussi je le resterai aussi …

Réponse
Bernard56 13 février 2024 - 16h31

Une colère justifiée ! Et qui, vite (trop vite ?) apaisée par des promesses qui, comme chacun sait ou le devine, ne seront pas ou ne pourront pas être tenues, dès lors que la clé est à Bruxelles, tant que nos “élites” dirigeantes persisteront à accepter les injonctions de Bruxelles, en faisant croire, telles des tartuffes que c’est de la faute à l’Europe et en espérant nous faire croire qu’elles n’auraient pas données leur aval. Naïfs, nos agriculteurs ! Trop divisés et mal représentés par des (ir)responsables dont certains présentent d’étranges ou inquiétantes collusions avec le pouvoir, présent ou passé ou à venir (?). Comment expliquer aussi le nombre croissant de fonctionnaires au ministère de l’Agriculture, alors que celui des agriculteurs ne cessent de diminuer ? Moins de fonctionnaires dans nombre de ministères conduirait à une moindre production de normes, contraignantes et étouffantes, pas seulement pour l’agriculture d’ailleurs (400 000 normes en France !). Nous contenter de transposer les normes imposées par Bruxelles (et nos propres dirigeants), sans en imposer plus avec des critères spécifiquement français, ce serait déjà donner un bon ballon d’oxygène à nos agriculteurs… et à nos industriels ! Nos “élites”, sous couvert du mondialisme, ont détruit notre industrie de production. Nous avons tous eu l’occasion de le constater avec effroi, tristesse et étonnement, lors de la pandémie de la covid 19 ; avec étonnement compte-tenu des 11% du PIB consacrés à la santé, véritable “pompe à fric” et même “racket”, si l’on prend en compte le montant du coût des mutuelles complémentaires. La destruction de notre agriculture est en cours depuis de nombreuses années déjà, plus grave encore à terme, quand nous serons contraints, pour ne pas avoir notre assiette vide, de devoir payer le prix qu’ils veulent à des producteurs étrangers ou, en cas de sous-production, devoir redécouvrir la disette… et la famine, ces pays se réservant, avec une raison que ne semble pas avoir nos propres élites, la priorité pour leur propre population (Se souvenir de la main-mise par l’Allemagne des masques fabriqués par les firmes allemandes en 2019 – 2020). Comptons sur nos chères “élites” pour continuer, en persistant à nous comporter tels des moutons, à nous laisser tondre la laine, à nous nourrir et à nous équiper, avec ce qu’ils nous imposent de devoir manger et acquérir, tout en nous interdisant étrangement de le produire, selon les mêmes normes…

Réponse
les Tronches de Cake
Trugluff 14 février 2024 - 12h22

Merci pour cette exceptionnelle plaidoirie qui vient du fond du coeur en éclairant parfaitement le sujet et j’espère qu’elle sera beaucoup lue.
A bientôt.

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 17ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non ! Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons. A lire sans modération et à partager.