Violences antisémites une liberté de Shoah

Violences antisémites une liberté de Shoah

Violences antisémites une liberté de Shoah

 

 

69% d’augmentation. Non, ce n’est pas l’augmentation du SMIC demandée par les Gilets Jaunes. Il s’agit de la hausse des violences antisémites enregistrée au pays des Droits de l’Homme.

Pour beaucoup, l’antisémitisme comme le racisme commence à tout ce qui n’est pas eux. Autant dire que le pas à franchir reste large. Faire reculer ces deux fléaux de l’humanisme est le devoir de tout un chacun. Nous, ex-spermatozoïdes vainqueurs, sommes tous porteurs d’au moins un gène de sagesse, Tronches de Cake comprises.

 

 

 Madgic – Les croix gammées taguées sur nos consciences, un arbre commémoratif juif détruit, tuerie du collège Ozar-Hotarah par Mohamed Merah, la prise d’otage du l’hyper Casher, les injures publiques proférées au philosophe Alain Finkielkraut résonnent en moi comme le bruit des bottes nazies qui claquent le cul du macadam. Notre liberté de pensée est en danger. De vieux démons se réveillent ranimés par des agités en gilet jaune.
 Cake 40 – Moi qui suis juif amateur car non pratiquant, je suis inquiet. Inquiet de cette montée de violence de tout bord, qui en se banalisant en devient presque normale.
 Huby – Et bien moi, ce qui m’inquiète c’est voir tous ces jeunes antisémites. Il y a donc des âmes neuves, des cœurs neufs qui sont déjà déséquilibrés !
 Blaireau – L’antisémitisme c’est une glande qu’il convient de soigner à coup de Levothyrox.
 Magmax – Après le Tricératops voici les veaux Tyrox. Une nouvelle race de dinosaure.
 Cake 40 – Vous je ne sais pas, mais moi faut quand même que je fasse gaffe. Je suis juif par ma mère et par mon père. Deux fois juif, ça fait beaucoup pour l’enfant que je suis.
 ARCHIBALD – Enfant ! C’est vrai, j’avais remarqué qu’aujourd’hui les enfants sont plus vieux qu’avant. Je n’admets bien sûr pas ces actes de violence envers les Juifs, pas plus que pour les autres d’ailleurs. Il faut pourtant bien admettre qu’ils ont un sens inné à exacerber les jalousies et les agacements, notamment en s’autoproclamant  » le Peuple élu « .
 Huby – Quelle ineptie ! C’est un slogan de rabbin pour soudoyer les bonnes âmes. Pour preuve, peut-on un instant imaginer Dieu faire la discrimination des autres peuples ?
 Blaireau – Non, je ne crois pas. On imagine surtout un rabbin qui avait l’air de vouloir racheter les péchés du monde aux meilleures conditions.
 Magmax – Dis-moi, le rabbin c’est cette espèce de prêtre qui coupe court aux cérémonies ?!
 Madgic – C’est cela, oui. A y regarder de plus près les Juifs peuvent rendre jaloux de leur réussite. Exemple : la France appartient encore aux français, les noirs la nettoie et les Juifs l’administrent.
 ARCHIBALD – Pour clore le débat sur les violences, d’où qu’elles viennent, les Politiques doivent agir sans délai. Qu’ils se rappellent que pour éradiquer toutes ces haines, il faut donner au Peuple des racines et des ailes.

 

 

Abonnez-vous et partagez cet article avec votre mari, femme, frère, copain, copine, voisin, voisine, collègue, cousine, cousin, tante, oncle, beau-frère, belle-sœur, grand-père, grand-mère, belle-mère, beau-père, Monsieur Bricolage, merci.

Je m’abonne et c’est gratuit

actuellement 3 867 abonnés 

 

Sources cliquez sur le lien :    RFI     France bleu     L’OBS     Le FIGARO     JuriGuide

9 Commentaires

  • Il vaut mieux parler l’intrasémitisme , c’est plus JUSTE .
    Et c’est aux juifs de démontrer qu’il n’ont pas de haine des autres sémites car ceux-ci ne le feront pas !

  • La liberté de la presse ; à la bonne heure pour certains, Allah bonheur pour d’autres.

    Les critiques contre les langues sémites sont légion, la propagande parle souvent de la plus connue.

    Certains pourraient dire : j’ai le but, mais point le budget.

    La religion doit souffrir pour être belle, mais n’a nul besoin d’être belle pour souffrir.

    Des réfractaires prient pour un meilleur monde pour eux : Grand Paysagiste, ne nous soumets pas à la tente à Sion.

    Les vainqueurs écrivent l’histoire, et les revanchards aimeraient la réécrire.

    Les vérités calent les fakes de merde dont la matière des faits cale.

    Vrai ou faux ???

    Un jour à Berlin, un touriste demandait ce que représentait tel monument ?

    – C’est un hommage aux 500.000 Tziganes morts pendant la guerre.

    – Ho, un demi-million, c’est beaucoup.

    – Il y eut bien plus de pertes parmi les Juifs.

    – Sûrement, mais les Tziganes n’avaient rien fait de mal.

  • Il faudra apprendre à vivre ensemble si nous ne voulons mourir seul comme un idiot…De M L KING

  • Tous concernés…
    « L’histoire ne dit jamais vraiment adieu. L’histoire dit : « A plus tard ». » Eduardo Galeano
    Eduardo Hughes Galeano, né en 1940 et mort en 2015 à Montevideo, est un écrivain, journaliste et dramaturge uruguayen, célèbre pour avoir écrit « Les Veines ouvertes de l’Amérique latine ».
    Repères historiques 1943
    31 janvier : l’Allemagne capitule à Stalingrad.
    19 avril : le ghetto de Varsovie se révolte.
    21 juin : Jean Moulin est arrêté.
    10 juillet : les alliés débarquent en Sicile – Mussolini est renversé.
    4 octobre : la Corse est le 1er département français à être libéré.
    Évènements météo marquants de l’année
    L’hiver 1942-1943 est le plus doux depuis l’hiver 1936-1937 – pratiquement aucune chute de neige n’est observée en plaine entre le mois de janvier et le mois de mars.
    Du 17 au 20 août : un soleil de plomb règne sur toute la France – on relève 40° à Mont-de-Marsan (Landes), 39° à Vichy, 38° à Lyon et Nantes, 37° à Moulins, 36° à Angoulême et 35° à Chartres.

    1943 : Cette année-là, à Pélussin, chef-lieu de canton du département de la Loire, une femme de trente-cinq ans, Jeanne, le visage émacié par les privations et la fatigue, attendait depuis plus de six mois un heureux événement. Ce sera un garçon lui avaient certifié les commères du pays, « ventre pointu garçon attendu ». Or cette fois ci, son ventre était aigu alors que sept ans auparavant pour Monique, sa fille, son ventre était rond comme un ballon. Son mari Joseph, fonctionnaire des PTT avait été réquisitionné puis affecté comme facteur à Paris, plus de cinq cents kilomètres au nord, derrière la funeste ligne de démarcation qui partageait alors la France en deux. C’était l’Occupation et l’état de Vichy avait besoin de tous ses employés pour faire tourner ce qui restait de la France laborieuse.
    Demeurées seules, à Pélussin, avec sa fille de sept ans, elle employait ses longues et harassantes journées à faire fonctionner le discret bistrot familial au 7 Place des Croix, en plein centre du gros bourg. Ce modeste estaminet était le lieu privilégié où les jeunes du quartier venaient se mettre à l’ombre, les jours les plus chauds de leurs vacances estivales. Ils passaient ici leur temps dans d’interminables parties de belote et dans d’informelles discutions à propos des différentes filles de la région.
    Pour aider sa maman, sur ses menues gambettes, Monique allait et venait d’une table à l’autre : elle jouait à la serveuse. Elle apportait verres et bouteilles à la demande. A sept ans en 1943, on était suffisamment grande pour s’occuper efficacement à ne pas rester le nez en l’air à baguenauder.
    Ce matin-là, le ciel était sans tache et le soleil dardait déjà de ses rayons les plus chauds.
    Dans la cuisine séparée du café par une porte vitrée, Jeanne et sa fille faisaient du nettoyage et du rangement.
    Les martellements de galoches ferrées et les cris gutturaux des clients qui venaient de franchir la première porte du bistrot ne les affola pas. Elles avaient l’habitude des plaisanteries de leurs jeunes habitués qui imitaient parfois à s’y tromper, les allemands ou les miliciens, leurs supplétifs zélés.
    Mais aujourd’hui, les jeunes pitres étaient restés prudemment à l’écart. Ceux qui venaient de pénétrer au 7 Place des Croix étaient réellement des membres de la Milice.
    (La Milice française était une organisation politique et paramilitaire française créée le 30 janvier 1943 par le régime de Vichy pour lutter contre la Résistance, qualifiée alors de terroriste. Supplétifs de la Gestapo et des autres forces allemandes, les miliciens participèrent aussi à la traque des Juifs, des réfractaires au STO et de tous les « déviants » dénoncés par le régime de Vichy et les collaborateurs fascistes. C’était aussi une police politique et une force de maintien de l’ordre.
    Dehors, à l’ombre des platanes centenaires, un chauffeur attentif attendait au volant d’une Traction Citroën noire rutilante.
    Plaquée brutalement contre le vaisselier de la cuisine, le canon d’une mitraillette MP 40 appliqué fortement sur son ventre proéminent, aphasique, Jeanne pleurait, la gorge nouée par la peur. Sous son imposant béret basque, un grand escogriffe au visage buriné, serrait contre lui la fragile Monique qui fermait les yeux pour se dissocier du drame.
    Les placards entièrement vidés, le local totalement saccagé, n’ayant certainement rien trouvé d’intéressant, ils s’en allèrent comme ils étaient venus, avec autant de bruit que d’indélicatesse.
    Jeanne s’assied alors sur la dernière chaise encore debout et serra sa fille dans une interminable et vigoureuse embrassade silencieuse.
    Quelques jours plus tard Jeanne faisait une fausse couche et ce garçon tant désiré retourna vers ce ciel certes ensoleillé ces jours-là mais si incertain en ces temps de guerre.
    (Elle apprit très longtemps après la Libération qu’elle avait été victime d’une lettre de dénonciation anonyme : pratique courante dans cette époque troublée.)
    Lorsque je vois ce qui se passe actuellement en Europe, (La montée des différents fascismes) pratiquement dans les mêmes pays, je ne peux m’empêcher de penser à Jeanne, ma mère, qui me conçut quatre ans plus tard, jamais complètement remise de ce drame. Ma grande sœur Monique, marquée elle aussi à jamais, m’a souvent raconté leur terrifiante mésaventure.
    Moi-même, à 70 ans révolu, J’ai toujours comme un pincement au cœur lorsque j’entends les paroles de « Mon frère » la singulière chanson de Maxime Le Forestier.
    https://www.youtube.com/watch?v=0f1DPpELvLQ
    « L’histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées. » Konrad Adenauer ancien homme d’État allemand membre de l’Union chrétienne-démocrate.
    Alain LANDY : Les leçons de l’Histoire

  • A force de dire ce slogan il est interdit de interdire voilà où nous mene la connerie humaine il n’y a plus de respect de toute sorte et si nous continuons comme cela je vois très mal les années 2050 et ceux qui la ramène maintenant seront contents de trouver du travail dans les pays sous développé il va falloir remonter des manches et aller bausser

  • Alors voyons ça de plus près:
    Les Arabes sont anti-juifs, les juifs son anti-arabes, les Chrétiens sont anti-arabes et juifs, les juifs anti chrétiens ou « GOY » , les machos sont anti-homos, les homos anti-salauds, les salauds anti-touts, les blancs sont anti-noirs, les noirs sont anti-blancs , etc.etc!… Bon! il reste anti-cons, JE PRENDS et je rejoins ma TRILOGIQUE: LIBRE PENSEUR, ATHEE, ET CITOYEN DU MONDE.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.