La taxe professionnelle ou l’impôt de Chambre

La taxe professionnelle ou l’impôt de Chambre

Au Balto le débat de laine sur la taxe professionnelle bat son plein, comme à chaque fois lorsqu’il s’agit de commenter les taxes qui coûte à chacun l’impôt des fesses.

 

ARCHIBALD « Quels extraordinaires spécimens que ces Gaulois. Cela fait des décennies que nos politiciens rabâchent à chaque élection présidentielle que la taxe professionnelle est un impôt débile qu’il faut supprimer. Droite, gauche tout le monde est d’accord sur ce point mais personne ne l’abroge. »

Huby  « Qu’est-ce que c’est exactement la taxe professionnelle ? »

Madgic « C’est un impôt qui taxe l’entreprise qui investit. Par exemple une société qui remplace ses machines sera imposée sur cet investissement. »

Huby  « Mais je croyais que l’on voulait que les entreprises investissent pour dynamiser l’économie ! »

ARCHIBALD  « On dynamite l’économie, c’est bien là le paradoxe. »

Cake 40  « Et un paradoxe est une opinion qui vit de ses charmes aux dépens du bon sens. » 

ARCHIBALD  « Il y a une majorité politique, toutes tendances et chambres politiques confondues, pour admettre la nécessité de retirer cet impôt défiant la dynamique économique. Maintenant que l’on parle de le supprimer, notre pays se distingue à nouveau en ouvrant le débat pour le maintenir ; un besoin viscéral d’affirmer cette spécificité bien française qui consiste à démontrer pour tout et sur tout un besoin de surtout contester. »

Madgic   « A décharge, notons que l’Etat supprime un impôt perçu par les Communes sans proposer de contreparties. Je comprends que les élus se rebellent sur ce manque à gagner. »

ARCHIBALD  « Présenté comme cela ton propos est frappé du bon sens, mais ce n’est pas en ces termes qu’il faut l’appréhender. Il est temps je crois de demander plus à l’impôt et moins aux contribuables. »

Cake 40 « Cela fait des lustres maintenant que l’on empile les niveaux de décision : pour commencer l’Etat qui de ce point de vue est incontournable, la Région ensuite, le Département, la Communauté de Communes et pour finir la Commune. A toutes ces strates administratives sont associés des frais de fonctionnement pharaoniques qui selon moi n’apportent pas à l’administré un meilleur service ou des routes plus propres ; l’exemple même de l’impôt mal utilisé. »

Huby   « Je crois même que cette bureaucratie galopante, crée deux partis en France : ceux qui vivent de l’impôt et ceux qui en meurent. »

Madgic « Pour compenser la taxe pro, il convient aux élus de faire les économies qui s’imposent sur leur budget et c’est là que le bât blesse. »

Cake 40 « Il faut bien se rendre à l’évidence la France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts, au point que lorsque le contribuable paie ses impôts, ça lui fait un gros trou aux bourses. »

Magmax  « Du coup plus besoin de slip kangourou ! … mais je me demande si l’Etat n’a pas vendu l’impôt de l’ours trop vite ?    et d’éclater de rire fier de sa vanne   et pour les recettes, moi cette année, rien qu’en picolant, j’ai payé l’impôt sur la fortune ! »

Blaireau « Malgré tous vos débats de nylon, je trouve que l’impôt sur le revenu est le plus injuste, c’est l’impôt de vache ; c’est ceux qui bossent qui payent ! » 

Huby  « Dommage ! Le cafard n’est pas déductible des impôts. »

 

             

à la next si vous le voulez bien

 

7 Commentaires

  • Hélas, ou heureusement, cher Pangloss, tous les élus locaux n’ont pas d’ambition nationale comme Raffarin et Cie: que vont devenir toutes les communes, petites ou grandes, qui vivent en grande
    partie grâce à cette taxe professionnelle? Qui va financer les équipements collectifs, les associations et la culture dans les zones rurales notamment? J’ai peur  que la
    désertification des campagnes n’arrive à un point de non retour. Comme je le disais chez un autre blogueur, c’est  la politique du DEMENAGEMENT DU TERRITOIRE…

  • Je vous le dis tout net : votre humour à deux balles ne me fait pas rire.
    Mais c’est plutôt un avantage dans cet article où vous posez parfaitement le problème de la taxe professionnelle, de ses enjeux, des intérêts contradictoires que cela réveille.
    Attention, si vous continuez comme cela, vous allez devenir des journalistes crédibles…
    amicalement

  • Ce qui me chagrine dans cette suppression de taxe professionnelle, c’est qu’a coup sur, c’est nous qui payeront des impots en plus, parceque l’etat ne compensera jamais, il depense deja assez mal
    nos TVA et autres impots sur le revenu et les communes ne diminueront jamais leur train de vie, alors qui ont vont encore etre les dindonds de la farce, c’est nous ….bisous

  • Ah, merci ppour l’info et toutes mes excuses à Huby !
    Sympa le fait que les propos féminins ouvrent d’autres pistes de réflexion, et pas des moindres !

  • Huby n’a pas tort quand il dit que certains vivent de l’impôt alors que d’autres en meurent…
    Au fond, les impôts sont un mal indispensable qui pourrait satisfaire bien des besoins s’ils n’étaient pas si mal gérés ou appropriés… Et là…
    Je ne reçois plus le mail de parution de vos articles… Dommage !

  • Nos élus cumulent les mandats (et les chèques!). La taxe professionnelle tombe dans la poche des zélulocos qui s’en servent pour financer leurs ambitions nationales.
    il est intéressant de noter que la fronde est conduite par Raffarin et que plus zéluloco que lui, tu meurs!
    On voit par là que quand il s’agit de pognon, il n’y a plus ni droite ni gauche.

    • Excellente conclusion, merci de l’avoir formulée avec les Tronches de Cake et à bientôt.

Les commentaires sont clos