Accueil Politique Les banques françaises sauvées par le Contribuable – Un pour tous et tout ce purin

Les banques françaises sauvées par le Contribuable – Un pour tous et tout ce purin

par Trugluff

Les banques françaises sauvées par le Contribuable – Un pour tous et tout ce purin

L’orage s’éloigne emportant avec lui son lot d’éclairs menaçants comme un Photomaton hystérique qui s’obstine à photographier sous tous les angles sa cabine vide. Il poursuit sa route en tonnant sa mauvaise humeur sur la ville surchauffée. Déjà le bleu reparaît effaçant doucement le noir du ciel. L’orage a rajeuni les fleurs, parfumé la terre qui sent bon l’été. Le Balto ouvre à nouveau sa terrasse et tend ses chaises mouillées aux fesses distraites qui sauront apprécier la fraîcheur retrouvée. Hubby arrive le parapluie trempé d’amertume par la douche froide que son banquier vient de lui imposer.

 

ARCHIBALD  « On se demandait ce que tu faisais et avec cet orage aussi soudain que violent on s’inquiétait. »

Hubby  « Vous êtes gentils de vous inquiéter pour moi, mais j’avais rendez-vous avec la banque d’un monde qui change pour un prêt en vue d’acheter un appartement. Elle n’a pas voulu conjuguer nos talents et m’a dit non. » 

Madgic  « Quand on est banque et populaire à la fois, on est tout et rien même temps. Dommage que ce ne soit pas la banque à qui parler, parce que le monde bouge. C’est cela le pouvoir de dire non ! »

Cake 40 – « Le bon sens près de chez vous prend un coup dans l’aile. Je trouve scandaleux ces banquiers maintenus à flots par l’argent du contribuable qui ne respectent pas leurs engagements. Ils devaient pour soutenir l’économie dispenser 3 à 4% de prêts supplémentaires. En témoignage de leur reconnaissance ils en distribuent 0.4% de moins ce qui ne les empêchent pas de continuer leurs petits arrangements entre amis, certains en provisionnant 1 milliard d’euros pour leurs traders. Une poignée de 150 personnes ! Quelle gifle de mépris ils retournent au bon peuple qui n’avait pas d’autre choix pour limiter la casse que renflouer des individus qui pour soutenir le prix de l’oseille ne savent pas faire pousser des radis ! »

Blaireau – « Non ce n’est pas une gifle, c’est un coup pied dans les bourses. » 

ARCHIBALD – « Et moi qui naïvement crois que lorsque la bourse se rétrécit, la conscience s’élargit. »

Magmax – « On appelle ça une érection dans un slip bandalèze. »

Madgic – « Tu parlais des traders pour lesquels des montagnes de fric sont provisionnées pour leurs performances à venir. Quand je vois tous ces
mecs qui se promènent en mangeant un Big Mac et en téléphonant, tout en gardant un œil sur la Bourse de leur IPhone, avant qu’il n’explose, ça me paraît être l’image même de la décadence. On n’a
donc tiré aucun enseignement de la crise actuelle ? »

Hubby – « Non ! La crise d’aujourd’hui c’est la blague de demain au café. Je suis révoltée du comportement de ces violeurs de rêves qui mettent à bas les ambitions de petits investisseurs comme moi voire plus grave celles d’entrepreneurs qui pourraient créer des emplois. »

ARCHIBALD – « Ce n’est pas leur préoccupation. Ce sont des fossoyeurs d’emplois. Ils ont souvent intérêt à couler des entreprises pour permettre aux amis de les acheter à bon prix et  récupérer ainsi d’avantage que le découvert autorisé. Seuls leurs emplois les préoccupent. Devant de telles incompétences qui se sont chiffrées en milliards, combien se sont fait dégager ? Quelles ont été les sanctions prises à l’égard de ces ténors de la finance ? Il n’en faut pas autant pour virer la caissière qui fait une erreur de caisse. Je me mets à leur place ils ont bien raison, pourquoi violer les gens quand on peut les baiser ? »

Madgic  « Pour ce qui me concerne, la Bourse je m’en fous, j’ai choisi la vie. »

Blaireau – « Tu as parfaitement raison. Mieux vaut claquer du fric que d’un infarctus. »

Hubby – « Complètement d’accord avec toi. Le monde ne changera pas et l’économie restera la science principale tant que l’on n’arrivera pas à se nourrir d’amour et d’eau fraiche. Mais d’ailleurs de quoi avons-nous besoin d’autre ? »

Cake 40 – « En attendant si vous croisez un mec ruiné par ces escrocs en col blanc allongé sur une bouche de métro, un carton dans les mains avec écrit dessus «  je n’ai plus de logement, j’ai trois enfants, j’ai plus de boulot, j’ai faim », soyez sympa, jouez avec lui. Demandez-lui « c’est en combien de lettres ? »

 

 

à la next

 

 

 

NOTA : voilà encore occasion de recommander ce blog à vos amis.

14 commentaires

jmc06 20 septembre 2009 - 6 h 44 min

vaut mieux avoir des bourses en action, que des actions en bourse

Contestator 9 septembre 2009 - 1 h 10 min

Ah l’argent..l’argent ! le nerf de la guerre…qui se transforme vite en guerre des nerf quand on demande un prêt.

-Vous comprenez mon brave monsieur, on ne peut pas vous prêter autant d’argent sans garanties équivalentes !
-Et oui dugenou..si j’avais des garanties à la hauteur de ma demande, je ne viendrai pas pleurer un prêt chez toi !

Sont ils tous aussi stupides dans la finance ?
Réponse..oui, surtout quand on parle de LEUR argent !

Comprenez les aussi…c’est un métier dangereux la finance ! on peut se retrouver avec une prime moins grosse que le mois précédent

batto 9 septembre 2009 - 9 h 02 min

très sympa cet article mdr amusant…

lagreo 3 septembre 2009 - 1 h 18 min

En dehors de ce quotidien que l’on nous impose et bien retranscrit, je garde beaucoup plus a la lecture de ce billet, le sens de la derision et de l’humour qu’il contient que sa critique de la verite, car ce que je veux garder par dessus tout c’est le rire. j’ai decouverts votre site ce jour, j’y reviendrai.

sixtine 2 septembre 2009 - 8 h 47 min

Les banques ne prêtent qu’aux riches, c’est bien connu, et se contrefichent de leurs clients  “ordinaires ” dont elles se contentent de travailler avec leur argent pour réaliser des opérations fructueuses qui les enrichissent !
C’est ” de bonne guerre ” vous diront les financiers… sauf qu’elles ne sont jamais là pour renvoyer l’ascenseur à leur clients quand ils ont besoin d’elles… L’argent pourrit tout ce qu’il touche, c’est à peu près certain. Imaginons que tous les titulaires de compte soldent ce compte au même moment : aucune banque ne survivrait à ce séisme de magnitude 10 sur l’échelle économique mondiale !

Rocky des Bois 1 septembre 2009 - 0 h 15 min

Je crois que tout est dit! En fait, les banques sont là surtout quand on a pas besoin d’elles! Elles sont toujours présentes pour nous proposer une nouvelle carte bleue, un nouveau placement, une assurance, un système d’alarme, un paquet de kleenex,… mais quand on a besoin d’un pret, elles nous répondent qu’on est trop pauvre mais qu’on pourra très vite reprendre contact avec elles…quand on sera riche!

Comme disait Jean Louis Aubert: “argent trop cher…la vie n’a pas de prix!”
A très vite

Sékateur 29 août 2009 - 1 h 36 min

Joli coup de gueule en forme de dialogue. Je suis d’accord avec le message véhiculé par cette gifle !

TELOS 28 août 2009 - 1 h 05 min

un vrai régal de vous lire…je suis d’accord avec vous..que d’injustices!… l’argent ça pollue!..bye bye

Le Huron, Pangloss et Cie 28 août 2009 - 8 h 50 min

Bien vu et bien dit! Ces financiers qui perdent notre culotte, ces prévisionnistes plus mauvais qu’un horoscope de programme télé, ces donneurs de leçons qui n’apprennent même pas les leurs, ces experts qui confondent leur poche avec la nôtre, ces “entrepreneurs” qui entreprennent avec nos sous, tous ces gens qui “réussissent” leur carrière et échouent dans leur métier ne sont jamais au chômage.

thérèse 27 août 2009 - 9 h 36 min

heureusement que les vraies valeurs humaines ne se placent pas sur un compte en banque—

Gazoo 27 août 2009 - 6 h 03 min

Que j’aime! que j’aime!
Je n’ai pas vu de livre d’or, chers amis, ou bien j’ai tellement pas les yeux en face des trous aujourd’hui… bref, donc je souhaite vous féliciter pour l’ensemble de votre oeuvre, qui n’aura de cesse (je le sens) d’enchanter mes journées au bureau! ^^
Merci pour votre verve, sus au Con… ah nan, quand-même, si vous existez…=)
A bientôt!

LADY MARIANNE 27 août 2009 - 4 h 33 min

bonjour
tu es dur avec le mec qui a tout perdu
humour oui mais là c’est grinçant non ??
bises lady marianne

vero 27 août 2009 - 9 h 52 min

ok…si je croise qqun dans le métro…je m’arrête…mais si je joue avec lui…mdr il va faire faillite!!!! hihi bonne journée

Les commentaires sont fermés.

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.