Mort de Jacques CHIRAC

Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques CHIRAC

 

La dernière bière

 

« Voulez-vous que l’on dise du bien de vous ? Alors faites le mort ». Voilà sans doute une formule que Jacques CHIRAC aurait pu recommander à ses politiciens d’amis. Ce conseil lui a particulièrement réussi, lui qui a franchi toutes les étapes de la hiérarchie politique pourtant jonchées d’échecs et de trahisons. Souhaitons-lui que dorénavant on dise du bien de lui.

Le Vème Président de la Vème République vient de s’éteindre à l’âge de 86 ans immortalisant ses innombrables et mythiques poignées de mains – le Pape du Serment 5 est mort.

 

Madgic – Je suis touché par la disparition de Jacques Chirac. Ce n’était pourtant pas mon modèle politique, loin s’en faut. J’ai pourtant voté une fois pour lui pour m’opposer au FN. Il a toujours fait partie de mon paysage politique et son départ, par projection me fait prendre conscience que moi aussi j’approche de la fin. Même si je le trouvais incompétent je lui reconnais un fait majeur de sa Présidence : il a su dire NON à la guerre en Irak. Sur ce point je suis fier et reconnaissant de sa position. Il était le seul à le dire.

Cake 40 – Je partage avec toi cette fierté mais moi, je l’aimais bien. Je le trouvais sympathique et proche du Peuple.

Madgic – Mais qu’a-t-il fait pour lui ? Depuis le temps qu’il a parlé de la fracture sociale il doit y avoir gangrène – il n’a rien changé. Sa large réélection lui donnait une possibilité unique d’engager de vastes réformes pour la France avec l’appui des Socialistes. Rien. Un vrai roi fainéant.

ARCHIBALD – Si, il a créé le musée des Arts premiers. Il a interdit de fumer dans les lieux publics. Sous sa mandature de Maire, Paris était propre. Il a stoppé la conscription – je ne crois pas que l’annulation de ce rendez-vous citoyen soit une bonne chose pour nos jeunes. Il a transformé le septennat en quinquennat …

Blaireau – … moi je suis contre le septennat et le quinquennat. Je suis pour le mandat d’un an : vive l’ananat en tranches !

Huby – L’autre soir au journal télévisé de M6, alors qu’il s’agissait de rendre hommage à cet ancien Président j’ai trouvé insupportable que l’on rappelle ses « affaires ». Je crois que le moment n’était pas propice. Maintenant qu’il a fermé les yeux, ils auront bien le temps d’ouvrir les tiroirs.

Madgic – Je crois pourvoir résumer l’idéologie politique de Jacques Chirac en une phrase : il faut faire quelque chose, mais quoi ? Pfffftt ! Son choix du pommier l’a fait tomber dans les pommes.

Cake 40 – J’arriverais presque à être d’accord avec toi malgré nos divergences politiques. J’admets qu’avec de Gaulle, on ne savait pas toujours ce qu’il allait faire, avec Mitterrand, on ne savait jamais ce qu’il pensait mais avec Chirac, on ne savait pas ce qu’il faisait.  

Huby – N’oublions tout de même pas son engagement écolo. C’est lui le premier Dirigeant politique à dire : « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs ».

Madgic – C’est vrai, mais n’oublions pas non plus l’échec du CPE (Contrat Première Embauche). Après le CPE, le CDE (Contrat Dernière Embauche). Maintenant on pourrait même le coupler avec la Convention Obsèques !

Blaireau – N’oubliez pas non plus de rappeler que Mitterrand avait mis des canards dans les jardins de l’Élysée, et que Chirac il les a mangés …  

Magmax – Ah, je comprends mieux son appétence pour le sumo : c’est un sport où la tête de veau est recommandée matin, midi et soir. Il n’empêche que j’aurais bien voulu être comme Jacques Chirac, mais blond.

Huby – Quelle trace ce dernier grand fauve politique va-t-il laisser dans l’Histoire, sinon une trace de limace ?!

Madgic – Justice est donc faite. On n’apprend pas d’un vieux singe à manger des limaces.

ARCHIBALD – Il nous reste maintenant à lui rendre hommage. Quelle belle fin pour cet amateur de Corona que de prendre sa dernière bière entouré de ceux qui l’aiment.

 

 

Abonnez-vous et partagez cet article avec votre mari, femme, frère, copain, copine, voisin, voisine, collègue, cousine, cousin, tante, oncle, beau-frère, belle-sœur, grand-père, grand-mère, belle-mère, beau-père, Monsieur Bricolage, merci.

Je m’abonne et c’est gratuit

 

 

Sources cliquez sur le lien :    Midi Libre     Le Parisien     LCI

3 Commentaires

  • La vie est un songe pour la voie du singe.
    Je suis coi, je ne l’ai pas connu, donc je ne saurais jamais quoi.

  • Oui, sympathique on ne peut guère plus retenir autre chose du bonhomme.
    Comme aucun autre il s’est vu confier la destinée d’un pays, l’espoir d’un peuple, et il n’en a rien fait.
    Il est la quintessence de l’homme politique français qui ne brille que par sa couardise.
    « courage ! fuyons ! » est son mot d’ordre. Il n’a su qu’interdire, règlementer, taxer un peu plus et s’est fait incroyablement transparent à chaque fois que le monde ou la nation bougeait. L’Irak ? un fait d’arme ? … a voir…, j’aimerais avoir l’avis éclairé d’historiens.
    Chirac s’inscrit dans la parfaite lignée de l’histoire de France faite de trahisons, coups bas, calculs, reculades, promesses non tenues.

    Il a surtout brillé par son manque de courage crasse, il a fait le choix du cul des vaches plutôt que du purain dans la cours de ses « bed &breakfast » (les préfectures). Il n’a diagnostiqué la fracture sociale que pour l’étendre un peu plus sous couvert de paix sociale. La peur des têtes coupées hante nos politiques depuis 1789 et pousse au consensus qui ne satisfait personne mais dispense d’expliquer et d’aller au fond des choses.

    Ce qui est peu être le plus affligeant et inquiétant c’est le besoin maladif de la société française de se raccrocher à des figures, pour les porter aux nues, alors même qu’elles étaient haïes quelques années auparavant. Ces mouvements spontanés, de vénération ou de haine populaire accompagnés par les médias est très inquiétant et symptomatique d’une société malade.

    Le roi est mort, vive le roi !

    • Je n’ai qu’un mot, excellent résumé, à mon sens objectif. Bravo et merci

Participer

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.