Accueil Politique Emplois fictifs à la Mairie de Paris.
Emplois fictifs à la Mairie de Paris

Emplois fictifs à la Mairie de Paris.

par Trugluff

Emplois fictifs Mairie de Paris, DELANOE c’est plus fort que toi.

 

Lorsqu’il tenait l’Hôtel de ville de PARIS, Jacques CHIRAC appointait discrètement 21 personnes qui travaillaient en réalité pour le RPR. Ce fut l’affaire des Emplois fictifs à la Mairie de Paris. Avec l’aide de l’UMP, il vient d’ailleurs de rembourser la somme de 2,2 millions d’euros à la Mairie de Paris.  

 
Eh bien, selon la revue “CAPITAL”, Bertrand DELANOE fait mieux encore ! DELANOE c’est plus fort que toi, un vrai SEGA politique. Voilà neuf ans que ce cachottier finance avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de postes de permanents CGT, planqués dans une des mutuelles de la ville : la MCVPAP…
 
Dans un rapport au vitriol, l’Inspection Générale de la ville de PARIS, chiffre à 1,2 million d’euros par an, le coût de ce petit cadeau consenti, sans aucun fondement juridique, à l’organisation de Bernard THIBAULT. On peut donc estimer que plus de 10 millions d’euros ont été consacrés depuis 2001, à cette oeuvre charitable. Cinq fois plus que les frasques de Jacques CHIRAC ! 
 
Même, en s’y mettant à deux, Bertrand DELANOE et Bernard THIBAULT auront beaucoup de mal à rembourser.
 
Sur cet article, les Médias, tenus par la Gauche, sont restés très discrets !!! Vous pouvez lire l’intégralité de cet article dans le site : “L’incroyable dérive financière de la mairie de Paris”.   



 

Maintenant, user de votre droit de réponse sur Emplois fictifs à la Mairie de Paris en utilisant les commentaires, juste en dessous, et faites connaître votre opinion. Ensemble nous sommes plus forts.

 

#LesTronchesDeCake #EmploisFictifsALaMairieDeParis #BertrandDelanoë #JacquesChirac

Sur le même thème  (cliquez sur le lien)

Anne Hidalgo

Mort de Jacques Chirac

L’incendie de Notre-Dame

 

Sources :  CAPITAL


Merci de poster un commentaire (ci-dessous)

Laissez un commentaire

2 commentaires

Ratuma 18 juillet 2013 - 12 h 49 min

c'est quoi ce charabia ??? bon c'était en 2012

Réponse
Hana 4 juillet 2012 - 6 h 28 min

> Arcadius, en re9alite9, j’aime mieux Voltaire que Rousseau et je ne suis ni e9crivaine, ni autrice, c’e9tait une pitrave joke . Mais je milite ne9anmoins pour la fe9minisation des noms en frane7ais quand c’est possible et que ce n’est pas ridicule. Par exemple : cheffe de famille ;-)Wikipedia :Pour de9signer les femmes qui e9crivent, on emploie parfois (mais rarement) en France, depuis les anne9es 1980, le mot e9crivaine, introduit d’abord au Que9bec of9 son emploi s’est ge9ne9ralise9 (paralle8lement au mot auteure). Aux XVIe et XVIIe sie8cles, on utilisait plutf4t autrice (e9galement orthographie9 auctrice, authrice…) : ab Tout ce que vous dittes sur les femmes autrices est admirable bb Chapelain (1639). Au XVIIIe sie8cle, Restif de la Bretonne tentera auteuse, mais l’authoresse du XIXe sie8cle, sous influence anglaise, sera repousse9 sans me9nagement : ab Un journal discourait nague8re sur authoresse et, le proscrivant avec raison, le voulait exprimer par auteur. Pourquoi cette re9serve, cette peur d’user des forces linguistiques ? Nous avons fait actrice, cantatrice, bienfaitrice, et nous reculons devant autrice, et nous allons chercher le meame mot latin grossie8rement anglicise9 et orne9, comme d’un anneau dans le nez, d’un grotesque th. bb Re9my de Gourmont, Esthe9tique de la langue frane7aise, (1899).TLFI :Pe9j. Les femmes cherchent un fe9minin e0 ab auteur bb : il y a ab bas-bleu bb. C’est joli, et e7a dit tout. c0 moins qu’elles n’aiment mieux ab plagiaire bb ou ab e9crivaine bb (RENARD, Journal, 1905, p. 959).J’espe8re qu’avec Se9gole8ne tout va changer !!!!! Et puis le0 au moins, on pourra dire pre9sidente sans que personne n’y trouve rien e0 redire.

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.