Caisse automatique dans la grande distribution : faut tout de même pas décoder !

Caisse automatique dans la grande distribution : faut tout de même pas décoder !

Huby et ARCHIBALD se retrouvent à faire la queue chez YEKAKA, une grande surface de meubles qui n’a plus de suédois que le nom. Les produits pour la plupart sont fabriqués en Chine et les actionnaires sont hollandais. Le mariage de raison du Gouda et du nem. Et les Gaulois de s’empiler face aux caisses en témoignage de leur soutien à l’économie libérale chinoise. La densité des files d’attente est telle que le soleil ne peut plus entrer. Huby lassée d’attendre se dirige vers les caisses automatiques quand ARCHIBALD la retient.

 

ARCHIBALD  « Ne me dis pas que tu veux cautionner ce modernisme primaire qui une fois de plus perd l’individu dans sa solitude. Je refuse ce progrès qui tue l’emploi, le sourire et je te remercie de ne pas y souscrire. Ecoute réfléchi, tu fais le travail toi même et ça ne te coûte même pas moins cher. Tu ne trouves pas qu’il y quelque chose de déconnant ? La caissière est comme un archet sur la caisse enregistreuse qui rend les sons et les euros, c’est l’âme du magasin. Alors quand elle est automatique … il n’y a plus d’âme, il ne reste plus que le ticket de caisse. »

Huby  « Tu as sans doute raison mais on gagnerait du temps. »

ARCHIBALD  « Que tu dis. Ce qui m’est désagréable avec ces systèmes automatiques, outre la déshumanisation du contact, c’est qu’à force de ne plus réfléchir nous n’aurons plus besoin de cerveau, seule la moelle épinière suffira. »

Huby  « Tu ne peux pas lutter contre le progrès, un jour tout sera automatisé et code-barré. »

ARCHIBALD  « Précisément, je ne veux pas de ce monde déshumanisé. Je refuse ce progrès qui nous amène à résonner comme un ordinateur : beaucoup de règles et aucune pitié, comme dans l’Ancien testament. »

Madgic qui les a rejoint  « Le monde est tellement con maintenant, on dirait que c’est moi qui fais tout. Je te donne un exemple de cette semaine. Je fais le plein à la station service, j’entre pour payer et je trouve la caisse ouverte et les toilettes fermées. Moralité, le papier-cul vaut plus que les billets. C’est quand même vraiment bien de vivre à une époque formidable. L’informatique est un outil extraordinaire conçu pour tout accélérer et automatiser les erreurs ; c’est sa supériorité sur l’homme. »

Huby  « Nous sommes déjà entourés de machines ; il faut les comprendre et être familiers avec elles, elles traitent très mal ceux qui ne les aiment pas, et le pire est qu’elles finiront par remplacer l’homme. »

Blaireau  « Ah ! Non je ne crois pas. La machine ne remplacera jamais l’homme, elle n’est pas assez con. Pour preuve, pas une seule ne fait une heure de trajet le matin ! »

Madgic  « Le progrès a encore des progrès à faire. Il n’y a jamais eu autant d’innovations et aussi rapidement dans l’histoire des Hommes et regarde comme ça nous rend heureux et intelligents. »

Huby  « Parle pour toi, je suis une femme moi ! »

ARCHIBALD  « Le progrès ne vaut que pour le bonheur qu’il apporte. Où vois-tu le bonheur avec ta caisse automatique ? Gagner du temps ? Sur qui, et pour quoi ? Alors si ton bonheur c’est de ne plus dire bonjour, et de n’exister que pour un lecteur laser, alors c’est à désespérer ! »

Huby  « Tu exagères toujours tout. Néanmoins ces caisses automatiques peuvent nous permettre de ne pas perdre son temps à attendre pour rien. Ca nous permettrait d’être plus vite dans les bouchons. »

Madgic  « Pour limiter les files d’attente aux caisses, le progrès social pour ne pas dire moral voudrait que l’on augmente le nombre des caissières. En période de crise, ça ne me semblerait pas débile. »

ARCHIBALD  « Si c’est débile, parce que maintenant c’est l’ordinateur qui a pris par ses formules et algorithmes le pas sur l’Humain. Il obéit aux ordres, dispose d’une grosse mémoire mais d’aucun souvenir. »

Huby  « Tu es injuste, je trouve que les micro-ordinateurs présentent des qualités exceptionnelles de communication professionnelle. On peut y coller des « Post-it » tout autour de l’écran ! »

ARCHIBALD  « Et en plus c’est d’une élégance ! …  Avec une machine comme avec un ordinateur il est indispensable de ne pas oublier d’en conserver la maîtrise. Le jour où tu ne parviens plus à le battre aux échecs, essaie le kick boxing. »

 

 

                     
à la semaine prochaine …


… sur nos lignes 

12 Commentaires

  • Ce débat sur le progrès me rappelle l’arrivée de l’informatique dans le grand public.
    « Zalez voir, ça va mettre l’industrie du papier sur les genoux ça, plus personne ne lira de livres ou de revues, tout sera informatisé… »

    25 ans plus tard…le marché se porte bien ! pire! il a grossi ! vu le gâchis de papier dans les grosses boites ( yaka voir les locaux repro, vous m’en direz des nouvelles), o imprime tout et n’importe quoi..même l’ultra inutile..

    Alors certes le progrès fait perdre des neurones( je le constate hélas tous les jours autour de moi), mais fait marcher l’industrie !
    Tant qu’un billet poussera l’autre, personne ne s’en inquiètera !

  • Je vais me faire des amis ce soir…en ce qui me concerne, je suis pour ce progrès, qui créée des emplois! Démonstration: pour créer une caissière ou un caissier il faut juste une mère et une paire; souvent d’ailleurs, ces deux procréateurs profitent de leurs RTT pour se mettre au « boulot »! Quant à un automate, il faut des ingénieurs, développeurs, designers, informaticiens,…et ça leur prend un peu plus de 5 minutes pour pondre une machine, et tous ces « pro-créateurs » sont payés pour ça!

  • m’en parlez pas

    les gens sot toujours pressés  que ce soit  au supermarché  comme sur la route ..mais moi j’aime bien mes caissières  et en plus quand je vais faire des courses c’est mon nhomme qui  décide de la caissière, mais on les connait toutes…  il fait ses yeux doux…et voui ..

    mais avec les courses sur internet, c’est un métier qui  va disparaitre ..

    bonne journée à tous

  • C’est tellement vrai! et dire que j’ai acheté un ordinateur!!!!!!!

  • J’ai horreur de m’adresser à des machines, déjà que le répondeur me soûle, alors…

    Je préfère une caissière pas aimable à une machine, je ferai exprès d’emmerder la caissière pour qu’enfin, soit elle craque et lâche un sourire, soit m’envoie promener, mais au moins, il y aura eu « réaction humaine ». Essaie d’emmerder un ordinateur pour voir….Bah y s’passera rien, c’est toi qui va t’arracher les ch’veux !

  • Je n’aurais pas fait mieux, belle démonstration.

  • Ils ont raison d’être inquiets. A force de supprimer les caissières, bientôt on n’aura même plus besoin des clients. Les banques vireront automatiquement le pognon des non-travailleurs sur le compte des grandes surfaces.

  • Et même aux péages d’autoroute ils suppriment les cabines avec caissière! Et bien comme je ne suis pas très malin, et même un peu con, j’ai mis 1/4 heure pour passer le péage de Chaumont la semaine dernière! … je n’avais pas le moyen de paiement adapté! C’est ballot! Quelqu’un a fini par se déplacer…. faut pas decoder quand même! Alors j’ai pris une bonne résolution, je n’utilise plus les autoroutes à péage… je ne sais pas si c’est bon pour la planète, mais mon portefeuille ne s’en porte pas plus mal.

  • Très bon article, reflet de notre monde où l’objet, quel qu’il soit, supplante le rôle de l’individu… On voit où ça nous conduit !

  • Très bon article, reflet de notre monde où l’objet, quel qu’il soit, supplante le rôle de l’individu… On voit où ça nous conduit !

  • voilà un article  qui interpelle beaucoup  car toute ces automatisations deviennent de plus en plus générales et moi je ne suis pas vraiment pour ce genre de choses , bientôt on ne fera plus rien , le petit robot va faire vos courses et avant pourra preparer la liste et oui nos neurones risquent d’ en prendre un coup, je n’appelle pas cela du progrés  …merci pour ce franc parler!!! bonne soirée , bises

Les commentaires sont clos