Accueil Politique Mondialisation et délocalisation.
France à vendre

Mondialisation et délocalisation.

par Trugluff

Mise aux poings sur la Mondialisation et délocalisation.

 

Huby – Qu’est-ce qu’a donné ton entretien de recrutement à la SNCF, Magmax ?

Magmax – Je suis arrivé en avance et ils m’ont jeté en m’indiquant que je faisais déjà acte de dissidence parce qu’à la SNCF on n’arrive pas en avance, ce n’est pas les habitudes maison.

Blaireau – Et bien moi je me suis levé tôt pour trouver du boulot. J’ai réglé à 6h 00 mon radio-réveil fabriqué en Corée. Pendant que ma cafetière produite en Chine filtrait le café colombien, je me suis rasé avec mon rasoir fabriqué au Vietnam. Après je me suis habillé, j’ai mis ma chemise confectionnée en Turquie, mon jean fabriqué au Pakistan et mes chaussures fabriquées à Macao. Préalablement j’avais réchauffé mes blinis ukrainiens dans mon nouveau poêlon fait en Inde agrémenté de fraises d’Espagne et de bananes du Costa Rica. Je me suis assis et tout en mangeant, calculatrice en main made in Mexique j’ai calculé mon budget de la journée. Je l’ai ensuite posée sur mon four micro-ondes polonais. J’ai mis à l’heure ma montre produite à Taiwan sur celle de ma radio réalisée à Hong Kong. Il était l’heure de partir alors j’ai pris ma voiture japonaise pour entamer ma recherche d’emploi quotidienne, entre deux fermetures d’usines en France. A la fin de la journée j’étais une nouvelle fois découragé. Pour m’en remettre, avec le dîner je me suis offert un petit verre de vin de Californie pour accompagner les légumes produits en Espagne et finir sur les oranges du Maroc. J’ai chaussé mes pantoufles façonnées au Brésil et j’ai allumé la télévision montée en Indonésie pour regarder aux infos l’évolution du chômage de notre pays. Et bien franchement, je dis que ce n’est pas facile de trouver un job en France, du coup je fais mes 35 H hebdomadaires de chômage grâce à la Mondialisation et délocalisation.

Cake 40 – C’est cela la Mondialisation et délocalisation – tu achètes pour pas cher, ne t’étonne pas ensuite de ne pas avoir de travail dans un système dont tu ne soutiens pas l’économie. A raisonner comme toi, aujourd’hui Marco Polo reviendrait de Chine avec les bateaux pleins de fausses Adidas.

Huby – Du coup, c’est forcément du travail en moins pour les ouvriers d’ADIDAS que tu cautionnes en achetant ces copies ou ces produits de piètre qualité.

Blaireau – D’accord, mais elles coûtent tellement moins chères.

Huby – Tu vis français, tu profites français, ce serait peut-être un peu logique de consommer français, non ?

ARCHIBALD – Tu sais je constate une chose, avant nos parents étaient bêtes ils achetaient cher. Il n’y avait pas d’Internet pour trouver du pas cher, mais ce qu’ils avaient acquis durait, ils étaient heureux de ce qu’ils possédaient et n’étaient pas infectés par cette fièvre acheteuse. La société de consommation nous inocule une nouvelle infection : l’addiction à l’achat.

Cake 40 – Peut-être mais je crois surtout que si l’on obligeait les Français à acheter français ils pourraient continuer à vivre au-dessus de leurs moyens.

Huby –Tu sais, on se plaint du chômage mais pour qu’il y ait du chômage quelque part, il faut déjà qu’il y ait du travail. En France, il y a les deux, seulement quand il y a du travail, les travailleurs se plaignent de travailler – Macron n’est pas au bout de ses peines.       

Cake 40 – N’empêche que les chômeurs de longue durée, ça aurait fait des bons marins pour Christophe Colomb.

Magmax – Ouai mais si ça continue la mondialisation, on aura des Turcs chinois.

Blaireau – Et la mondialisation, il ne faudrait pas non plus que ça soit qu’en France !


 

Maintenant, user de votre droit de réponse en utilisant les commentaires, juste en dessous, et faites connaître votre opinion. Ensemble nous sommes plus forts.

 

#LesTronchesDeCake #mondialisation #MondialisationEtDélocalisation #chômage

Sur le même thème  (cliquez sur le lien)

Taxe carbone en France

Alerte au virus

Hollande l’autre pays du chômage

 

Sources :  WIKIPEDIA

 


Laissez un commentaire

14 commentaires

Darwin 21 juillet 2017 - 11 h 00 min

“Pouvoir d’achat”
alpha et omega de nos abrutis de politiques
applaudi des deux mains par nos abrutis de concitoyens; sûrement plus c… que c… d’ailleurs.

Ajouter sur le sacro saint : “pouvoir d’achat” une couche de : “souffrance au travail” et, tant qu’on y est : d’ “égalité” en prenant aux riches pour donner aux pauvres; et … tout est dit.

Le fameux “pouvoir d’achat”, enterre, mort-né, les produits français en tuant dans l’oeuf leur compétitivité. Ce présumé “pouvoir” doit préalablement prélever, sur les produits, ou plutôt sur le travail (avant même la moindre production), ce qui servira finalement à financer artificiellement ce sacré “pouvoir”. La bonne opération c’est que notre Etat bienveillant prélève scrupuleusement 20% à chaque plus petit mouvement du plus petit billet. C’est immédiat, imparable, extraordinairement efficace. Pas besoin d’attendre des mois ou des années pour le retour hypothétique d’une mesure alambiquée. C’est tout bénef pour le politique et Bercy.

Bien sûr les effets délétères finissent par se faire sentir… et ça fait mal par où ça passe !
Fermeture d’entreprises, chômage chronique, suicides, balance commerciale effondrée, retraites incertaines, services de santé qui commencent à se préoccuper plus de la leur que de celle de leur patients…

Mais l’Etat veille ! C’est là qu’intervient la “souffrance au travail”, et le sauveur politique qui légifère, charge les employeurs, encourage les juges vers du toujours plus de licenciements injustifiés, obligation de résultat de sécurité, harcèlement moral, préjudice d’anxiété, loi sur la pénibilité… n’en jetons plus ! C’est entendu, l’entreprise est un lieu de perdition, elle est toxique, l’employeur est un profiteur, travailler tue ! Du même coup, ça apaise un peu la souffrance au chômage, que plus personne ne pense même à évoquer. Le chômage, c’est mauvais, uniquement parce que ça limite la capacité de prélèvement de l’Etat. Le politique détourne l’attention nébuleuse de ses concitoyens sur un bouc émissaire bien pratique, il s’ennoblit en s’érigeant défenseur du droit des opprimés (même si c’est souvent dans ses services que surviennent les pires drames).

Concentrons nous alors sur le soucis d’ “égalité”. Quoi de plus noble, pour le politique, que de prendre aux riches pour donner aux pauvres. Ils en ont besoin les pauvres ! En plus, incidemment, comme ils dépensent tout de suite, pour acheter beaucoup de produits chinois, Bercy récupère immédiatement, en plus des autres impôts, 20% de TVA sur la redistribution de l’argent ponctionnés aux méchants riches. Tout le monde est content. Bien sûr, il y a de moins en moins de riches, car les premiers d’entre eux sont tellement méchants, qu’au lieu de tendre leur joue, ils préfèrent se sauver ! Quelle méchanceté ! D’ailleurs, ceux qui restent (parce que pas assez riches pour pouvoir partir) payent pour les autres, pas seulement en impôts et taxes mais aussi en vindicte populaire. Ils ne croient tout de même pas que c’est parce qu’ils donnent 50% de ce qu’ils ont gagné, qu’ils vont être remerciés ou respectés ! Les salauds de riche ! Ou, autrement dit, tout le monde fini par être le riche de quelqu’un. On construit, avec beaucoup d’application, une société effrayante, faite d’individualisme, ou chacun jalouse son voisin, ou l’égalité écrase l’équité. Une société de nivellement par le bas.
Ceci étant dit, nos politiques ayant bien compris qu’ils ont à leur disposition une population d’électeurs très éclairés sur leurs intérêts, font une politique à long terme. Ils voient loin nos politiques. La france, pays en voie de sous-développement, finira bien par avoir “bouffé la grenouille” à force de prélèvements et de dette; et là; ils seront bien content les chinois de nous trouver, nous les petits français, pour bosser pour eux et les servir, les nourrir. C’est nous qui leur fabriquerons leur frittes et glaces à la pistache quand ils viendront en vacances dans leurs hotel 5* à Paris ou sur la cote d’azur. On verra bien si ils nous achèteront pas nos taxis ou nous bras pour laver leur linge sale et les servir à table ! Alors soyons patients et faisons confiance à notre pays, le monde finira bien par s’intéresser à nous, au delà de nos espérances.

Réponse
Trugluff 21 juillet 2017 - 11 h 05 min

Bravo et merci pour cet excellent éclairage

Réponse
Benichou Guy. 20 juillet 2017 - 9 h 12 min

Et bla bla bla et bla bla bla ! moi qui suis tout le temps dans la Lune, et que tout ce que j’achète vient de la planète Mars, J’évite cette polémique commercial de ce vaisseau terrestre en perdition , CELA EST MON CHOIX.

Réponse
Trugluff 20 juillet 2017 - 9 h 22 min

Tu dis être tout dans la lune, mais la lune de qui ?

Réponse
Benichou Guy. 20 juillet 2017 - 11 h 25 min

Celle, dont raffolent tous les amoureux de la nuit , et pour cause, Mars et sa repart

Réponse
Trugluff 20 juillet 2017 - 17 h 46 min

Juste avec un Mars et ça repart ! Tu es vraiment sûr ?

Réponse
Benichou Guy. 21 juillet 2017 - 10 h 26 min

Même sans Mars et cela grâce à JUPITERE Dieu de la foutre!

Trugluff 21 juillet 2017 - 11 h 05 min

Vantard, va !

Coyote 20 juillet 2017 - 8 h 54 min

Très bonne description de la situation, que cette journée type Blaireau! Il n’y a finalement guère que le chômage qu’on n’arrive pas à délocaliser!

A1 2c 4
PS: méat coule pas … Clavier made in Germany, PC made in Taiwan, écran made in Korea … que celui qui peut me citer un fabriquant Français d’ordis grand public me jette la première bière!

Réponse
Trugluff 20 juillet 2017 - 9 h 21 min

Blonde ou brune ?

Réponse
Coyote 20 juillet 2017 - 17 h 43 min

ROUSSE !!!!

Réponse
Trugluff 20 juillet 2017 - 17 h 45 min

Bouge pas, j’arrive.

Réponse
Margerin 19 juillet 2017 - 11 h 45 min

Le fond du problème vient d’abord de nos législateurs qui ont fait l’Europe de la libre circulation des produits, services et personnes sans prendre le temps de faire l’uniformité des codes du travail, de la fiscalité… qui fait que les produits français sont proposés à un coût plus élevé.
Ensuite effectivement de la courte vue et le bas niveau de réflexion économique et social sur l’origine des produits… comportement que j’avoue aussi parfois.
J’avoue avoir le sentiment de soutenir lourdement l’économie nationale au travers des lourds impôts que j’ai la chance d’avoir à payer, aussi je limite ma fidélité au tricolore à un différentiel de 20% maxi !

Réponse
Trugluff 19 juillet 2017 - 19 h 07 min

C’est un bonne règle qui sans être aussi précise pour moi, doit se situer dans cette limite. Merci pour cette formule simple qui je l’espère fera des adeptes.

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.