école publique – Les textes scolaires, beaucoup d’épelés mais peu de lus

espérance banlieues

école publique – les textes scolaires, beaucoup d’épelés mais peu de lus

 

   Cake 40 – FRANCE ta culture fout le camp parce que ton école a un mal dedans ; Molaire et Racine ont été arrachés de tes programmes pour laisser place à Corneille le chanteur ! Dans le dernier classement PISA publié en 2016, à partir des données 2015, la FRANCE arrive à la 26ème place sur 70, derrière Singapour, l’Estonie, la Finlande, le Viet Nam, la Slovénie, l’Irlande, la Belgique, la Pologne et le Portugal !

  Madgic – Comment l’enseignement peut-il bien se porter quand autant de professeurs sont sous tranquillisants ? Nous accueillons beaucoup d’immigrés et c’est une chance pour notre pays mais on ne fait rien, ou presque rien pour les intégrer. L’intégration c’est à l’école qu’elle se fait parce que l’éducation c’est la liberté de penser. Je ne veux pas d’une liberté pour panser, c’est trop tard.

   ARCHIBALD – Je suis totalement de ton avis mais j’ai entrevu un coin d’espérance dans ce ciel chargé comme une langue un soir de cassoulet. Les hasards de la vie m’ont amené à découvrir les écoles du réseau Espérance banlieues dont l’objet est de lutter contre le décrochage scolaire pour intégrer les enfants issus de l’immigration mais pas que. Ces écoles mettent l’accent sur les matières fondamentales, et tout spécialement sur la maîtrise de la langue française, la clé pour nos jeunes, qui souvent entendent parler une autre langue à la maison. Elles n’hésitent pas à renforcer les horaires en mathématiques, français et à reprendre à la base tout ce qui n’est pas bien assimilé et à faire travailler la mémoire de leurs élèves. Dictée, conjugaison, grammaire, histoire, calcul mental… tout est enseigné progressivement et rigoureusement, de manière bien structurée et leur donner ainsi des racines pour grandir.

   Huby – Je ne connaissais pas mais bravo à ces bénévoles qui se mobilisent sur cette jeunesse oubliée voire perdue.

   Cake 40 – Vouloir donner à nos jeunes des racines est une belle chose mais tout cela n’est rien sans un joli pot. Nos banlieues deviennent progressivement des ghettos à l’inculture. L’inculture comme marque de virilité s’affiche avec fierté comme le crocodile vert sur un polo. Le temps est venu de renvoyer des missionnaires en banlieue.

   ARCHIBALD – Ces nouveaux missionnaires s’appellent Espérance banlieues. Puissent-ils convertir l’inculture par leur soif d’éducation telle la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture !

   Cake 40 – Il serait temps de reprendre l’espace perdu sur l’école du crime.

   Magmax – L’école du crime, c’est déjà mieux que pas avoir d’instruction du tout.

   Cake 40 – C’est vraiment une instruction pas très civique qu’il faut éradiquer et rester sur le plus bel exemple à enseigner :  les légumes.

   Magmax, Blaireau, Huby, Madgic, ARCHIBALD – !!!!!!!???! Pourquoi ?

   Cake 40 – Parce qu’ils ne se font pas la guerre, jamais.

   Blaireau – D’accord, mais à l’école on apprend que des conneries, heureusement que dans la rue, on apprend des bêtises ! Moi à l’école je n’aimais que le compas, la règle en plastique vert et le pot de colle qui sentait l’amande, y a que ça que j’aimais à l’école … et les cuisses sous le bureau de la maîtresse.

   Huby – Moi j’aimais l’école car j’ai eu cette chance de pouvoir y apprendre et ce que j’aimais en plus de l’école c’est qu’avant on avait les dictons sur les gaufrettes.

 

Maintenant c’est à vous de donner votre avis, si vous le voulez bien et de faire connaître cet espace de libre expression auprès de vos ami(e)s

Lire aussi

   Ceci explique Zola – le niveau scolaire en France

   NikeTaMère : n.m espèce protégée – Racaille et délinquance les mamelles de la banlieue

   Espérance banlieues le site

Les personnages qui sont-ils ?

9 Commentaires

  • Mariage pour tous, d’accord! …Alors école buissonnière pour tous ! Non mais!!!

  • quant on voit le domaine de l école ou y a énormément de structure mais aussi beaucoup de professeur qui tombe souvent malade pour une raison simple que ceux -ci on une tolérance de 89 jours de maladie par an et la beaucoup sens servent directement et bizarrement tombent jamais malade pour les vacances j ai dans ma famille le même cas dont c’est pour cela que je vous en parle et le rectorat le mets surtout jamais les pieds dans le plat pour simple raison qu’il font pareil ok

    • Merci pour ce témoignage dont j’ai été moi même témoin. Il était utile de le préciser, merci.

  • Sur France 5, des documentaires de grande qualité :  » Sur les chemins de l’école  » … dans d’autres pays du monde, et, de préférence dans les endroits où la vie est la plus rude, nous donnent les preuves formelles que  » s’instruire  » est une chance !
    Ces enfants font des kilomètres à pied, à cheval, en barque durant des heures et arrivent propres à l’école, malgré leurs périples ! Nous, on les dépose à la porte quasiment des établissements et on ne leur demande que de  » travailler  » ; pour le résultat, parfois, ça laisse pantois !
    Et ne nous trompons pas de cible : les enseignants ne sont là que pour ENSEIGNER, c’est déjà pas mal comme programme.
    Bien à vous mes Tronches !

    • Merci pour ce témoignage plein de tendresse et de bon sens.

      • Ceci étant, dans ces pays-là, les gamins ont souvent le choix entre fouiller les ordures, trimer dans les champs avec papa-maman ou aller chercher 20 litres d’eau à pieds et à 15 kilomètres … ou bien l’école!
        chaque jeune … même les nôtres (si-si-si, j’y crois) … comprendrait que l’acquisition de connaissances/compétences est une chance (non, je ne parle pas d’éducation – affaire des parents des règles de maintien en société, – éducons, éducons!- ni d’enseignement qui doit être tout sauf utile, si on en croit nos zélées élites en la matière!)
        mais, las! et trois fois hélas! dans notre beau pays civilisé, il suffit d’ouvrir le bec pour que la société le remplisse (pas beaucoup, mais tout de même!)
        Comment entretenir la motivation de bosser avec ça ? ;-)

        A1 2c 4

        • Parce que le travail apporte un plaisir que peu de choses d’autres apportent

Participer

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.