Accueil Actualité CORONAVIRUS et port du masque.
CORONAVIRUS et port du masque

CORONAVIRUS et port du masque.

par Trugluff

CORONAVIRUS et port du masque.

 

« The Masque », non ce n’est pas le nouvel opus d’un film de Jim Carrey, c’est CORONAVIRUS et port du masque le triste feuilleton de notre quotidien sans pouvoirs surnaturels.

Y’en a marre de cette épidémie qui se prolonge toujours et encore par le non-respect des consignes sanitaires d’un trop grand nombre. Aujourd’hui encore, ceux qui ne portent pas de masque sont trop nombreux. Les gestes barrière restent simples et pourtant, quelques irréductibles semblent ne pas être concernés pour se protéger et protéger les autres.

Peut-être cette deuxième vague nous épargnera-t-elle d’une ruée sur les pâtes et le papier toilette ! La preuve étant maintenant faite qu’il n’y a que le blé et le cul qui dirigent le monde.

 

Huby – L’épidémie semble reprendre du poil de la bête. Cela était annoncé mais maintenant que cela se précise la crainte revient. Le point positif que je vois dans cette crise est la hausse spectaculaire du niveau scolaire des parents !

Cake 40 – Le port du masque reste pour moi compliquée ; quand il fait chaud, quand tu bouges beaucoup – dur, dur ! Je sais que j’ai du mal avec, il cache toutes mes qualités …

ARCHIBALD – C’est vrai. Pour tout le monde c’est compliqué mais tousse pour un, COVID pour tous !

Blaireau – Attention, de ne pas devenir paranoïaque. Hier j’ai toussé devant mon ordinateur et l’antivirus a démarré.

Cake 40 – Tu vois même lui se protège. Ceux qui gardent la tête froide face au virus en respectant les gestes barrière, peuvent observer que lorsque le masque tombe, l’espoir s’évanouit et le con jaillit comme une diarrhée d’un trou de balle insouciant.

Madgic – Ce qui m’interpelle dans cette crise c’est le renversement de situation des rapports.

Huby – Tu peux être plus clair ?

Madgic – Regarde, les chirurgiens portent des masques pour ne pas être reconnus de leurs victimes, voilà maintenant que les victimes portent des masques pour ne pas être reconnues des virus.

Huby – Vous vous plaignez du port du masque, mais le port de la connerie n’est-il pas plus lourd à trimballer ?



 

Maintenant, user de votre droit de réponse en utilisant les commentaires, juste en dessous, et faites connaître votre opinion. Ensemble nous sommes plus forts.

 

#LesTronchesDeCake #MasqueChirugical #Covid19 #Coronavirus

Sur le même thème  (cliquez sur le lien)

L’expérience ultime du confinement

CORONAVIRUS vive la quarantaine

Homélie du Pape François

 

Sources :  Solidarité Santé.gouv 


Merci de poster un commentaire (ci-dessous)

Laissez un commentaire

13 commentaires

Musiqualine 26 septembre 2020 - 1 h 52 min

Bonsoir,
le gouvernement aurait dû imposer le port du masque partout depuis le début de l’épidémie.
Il n’y a qu’à voir la Mayenne la semaine dernière, 2 hospitalisations en une semaine mais port obligatoire du masque partout en Mayenne.
Chercher l’erreur pour le reste de la France ou le port du masque est obligatoire mais non respecté .…!!!!
Courage les chercheurs vont bien finir par trouver

Réponse
Trugluff 26 septembre 2020 - 10 h 30 min

Merci pour ce commentaire encourageant et plein d’espoir. J’apprécie qu’à 1h 52 les Tronches de Cake soient encore lues. Merci

Réponse
Rebelle 24 septembre 2020 - 19 h 02 min

Les cas positifs augmentent, c’est normal, puisque les testés augmentent, 1 000 000 par semaine

Réponse
Trugluff 25 septembre 2020 - 14 h 48 min

Voilà du bon sens bien de chez nous. Merci de l’avoir exprimé et à bientôt Rebelle.

Réponse
Rozé 24 septembre 2020 - 16 h 52 min

Vivre, c’est sans masque !

Ils nous disent : le masque, devez toujours porter
Les gestes barrière sans cesse garder
Pour vous protéger du Covid virus virulent
Et cela pour longtemps, trop longtemps !

Ils nous disent : le virus est toujours là présent
Certes comme nous, tous les virus sont bien vivants
Devrons nous désormais, toujours supporter le masque
Quand un virus tel la grippe est porté par la bourrasque ?

Allons nous passer les fêtes de fin d’année
Sans nous embrasser, sans nous déchaîner
Sans retrouver famille et chers amis
Sans vivre fort et danser, que tout soit permis.

Vivre c’est forcément accepter de mourir
Se protéger de tout risque, c’est anéantir
Nos expériences, nos élans, nos joies, nos rires
Se préserver trop fort du virus, c’est déjà périr !

Réponse
Trugluff 25 septembre 2020 - 14 h 48 min

Vivre c’est forcément accepter de mourir ; quelle belle vérité. Bravo ! La concurrence est rude sur les commentaires, il y a du lourd. Merci et à bientôt.

Réponse
Charles Hulsmans 24 septembre 2020 - 14 h 31 min

Le roi des cons est mort du corona, et malgré l’interdiction de rassemblement, il y a foule pour l’héritage.
Les mesures à court terme, c’est trop tard.
Les mesures à long terme, c’est trop tôt.
Bref, le long cours c’est du court-long ; voire du con-lourd.

Le virus est sorti peu naturellement de son habitat naturel.
La déforestation n’est pas la retraite d’orée qu’on espérait.
Les viticulteurs distribuent des masques aux bouches des Bouches-du-Rhône.
Il s’agit de modèles FFP ; des structures aux “pièces faciales filtrantes”.
La partie centrale avant est amovible, et interchangeable avec une paille adaptée ; fabriquée dans un matériel résistant au vin.

Le masque à ras des yeux qui nous restent pour pleurer, n’est pas encore homologué.

Réponse
Trugluff 25 septembre 2020 - 14 h 46 min

Toujours excellent comme d’habitude. Bravo

Réponse
Theano 22 septembre 2020 - 17 h 04 min

J’espère qu’à la prochaine épidémie de gastro-entérite ils exigeront le port de couches grand modèle partout. Quand vous dites que le cul dirige le monde…

Réponse
Trugluff 25 septembre 2020 - 14 h 45 min

Voilà un commentaire qu’il était utile de publier pour se préparer. Merci

Réponse
Paul de MÉTAIRY 22 septembre 2020 - 13 h 15 min

N’importe quel étudiant en biologie sait que le masque arrête les microbes mais pas les virus, 1.000 fois plus petits, qui traversent même la porcelaine non vernissée (ce qui a permis leur découverte). D’après les spécifications AFNOR spec s76-001, ils ne font barrière qu’aux particules de 3 µm, soit de la taille de microbes ; “Ce dispositif n’est ni un dispositif médical au sens du Règlement UE/2017/745, ni un équipement de protection individuelle au sens du Règlement UE/2016/425.”… Avis de l’Anses Saisine n° « 2015-SA-0218 » : Les masques anti-projections, dits « de type chirurgical », sont des dispositifs médicaux, encadrés par la directive 93/42/CEE modifiée 2. Ils ne sont donc pas considérés par la réglementation comme des équipements de protection individuelle (EPI), n’assurant pas de fonction de protection respiratoire, leur fonction consistant à éviter que le porteur ne pollue son environnement (par les microbes). Ils arrêtent les “postillons” (émis uniquement en parlant et jamais du nez, qu’il est inutile de recouvrir). Question dérangeante : une fois le postillon capté par le masque, que devient-il ? Soit il se dessèche et libère le virus, qui est inspiré, soit l’humidité traverse le masque et le virus avec lui, et il est inspiré… Sans le masque, le postillon glisserait simplement sur la peau au lieu d’être capté et accumulé sur le masque.
Pour ceux qui croient malgré tout que le masque les protège, peu importe alors que d’autres n’en portent pas : celui qui porte un parapluie est protégé même si les autres n’en portent pas…
Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/paul.demetairy.9/posts/654632571814483

Réponse
Trugluff 25 septembre 2020 - 14 h 44 min

Excellent complément d’information. Puis-je reprendre les points cités sur facebook pour les publier façon Tronches ? Quelle est votre formation ? Merci pour vos réponses pour ce commentaire éclairé

Réponse
Nouchon 28 septembre 2020 - 13 h 21 min

Oui mais quoi faire alors…
Ne rien faire et dire un jour , trop tard ha si j’avais su

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.