Accueil Politique Article 24.
Article 24

Article 24.

par Trugluff

Article 24.

 

L’article 24 hystérise les médias et par voie de conséquence la classe politique dans son ensemble – les « couillus » sont de sortie et s’agitent devant les caméras pour plaire au politiquement correct. Par l’attitude de nos Politiques la Police est sur les dents, celles des opposants, bien sûr.

Tous autant que nous sommes, nous n’aimons pas beaucoup les flics et pourtant sans eux tout le monde tuerait tout le monde ; l’avantage, il n’y aurait plus de guerre. 24 v’là les flics, alors que faire ?

 

Cake 40 – Je suis effaré d’observer le battage médiatique qu’il y a autour de cet article 24 dont l’objet est de mieux protéger les policiers. Nous pourrions au moins être tous d’accord sur ce point ! Même pas. Mais que dirions-nous si nos collègues de travail faisaient des vidéos de nous au travail et les postaient sur les réseaux ? Je ne suis pas sûr que nous apprécierions ! Alors pourquoi les Forces de l’Ordre devraient-elles subir une telle intrusion dans leur activité professionnelle en les exposant ainsi aux menaces de tous les givrés ?

Madgic – Tout simplement pour limiter la violence à laquelle elles se livrent trop souvent.

ARCHIBALD – Je suis d’accord que certaines vidéos publiées sont choquantes pour le petit Citoyen que je suis. Pour autant, je ne sais ce qui s’est passé avant la scène que l’on nous présente. Une chose est sûre, presque toutes les victimes ont un casier. Je ne peux imaginer la Police française bastonner comme on l’a vu sans motifs réels et sérieux. Par contre je peux imaginer une séquence coupée au montage, dans laquelle les flics sont agressés et qu’ils répliquent. J’aimerais voir les 30 minutes qui ont précédé ces mêmes scènes.

Huby – Je suis d’accord avec toi. J’ai la faiblesse de croire que la Police est comme l’ortie qui pique pour se défendre, mais n’attaque pas.

Blaireau – Et puis si comme moi tu veux aider la Police, tape-toi dessus.

Madgic – Il n’en reste pas moins vrai que la violence est le dernier refuge de l’incompétence et qu’elle ne mène à rien, sinon à l’hôpital.

Huby – Sauf que parfois ça peut servir à défendre ta vie.

Blaireau – Maintenant c’est la police des polices qui va mener l’enquête ! Nous voilà rassurés, comme si on avait la poissonnerie des poissonneries.

Magmax – La police des polices c’est l’IGPN, c’est une sorte de police qui boit pas, ou très peu.

Cake 40 – Cet article 24 démontre qu’il s’agit d’un combat politique contre la Macronie, pour tenter une nouvelle fois après les Gilets Jaunes, de renverser le Pouvoir. On pourrait très bien diffuser ces vidéos en floutant le visage des Policiers – c’est obligatoire de le faire pour le citoyen lambda avant diffusion. Ainsi la liberté de la presse est préservée et le contre-pouvoir médiatique aux Forces de l’Ordre est maintenu. C’est pourtant simple à mettre en place et de mettre tout le monde d’accord, si c’est cela la pierre d’achoppement !

ARCHIBALD – En effet, si c’est cela ! C’est comme faire l’amour, c’est entre adultes qu’on s’entend.

 


 

Maintenant, user de votre droit de réponse en utilisant les commentaires, juste en dessous, et faites connaître votre opinion. Ensemble nous sommes plus forts.

#LesTronchesDeCake #article24 #SécuritéGlobale #ProtectionDesPoliciers

 

Sur le même thème  (cliquez sur le lien)

Voiture de police incendiée

Suicidez-vous

Violences policières

Sources :  Le Parisien

 


Merci de poster un commentaire (ci-dessous)

close

Je m'abonne

dans le strict respect de la RGPD

Nous gardons vos données privées et ne les partageons pas. Seules les tierces parties qui rendent ce service possible y ont accès.

Laissez un commentaire

15 commentaires

Coyote 16 décembre 2020 - 10 h 24 min

les flics n’ont qu’à bosser que quelques blacks… blocks, qu’à coller quelques claques, qu’à décalquer quelques crapules pour que l’accablante clique coupable de collabo du PAF débloque en public et nous colle ‘clic-clac (Kodak)’ sous le pif leurs “pseudo-preuves” les calquant sur le KKK. Ciblés, étiquetés, la République légifère pour les cacher, prétend les protéger… mais baisse culotte et retoque son texte sous les attaques des tartuffes.
Triste époque que celle ci: le renversement des valeurs, flamboyant héritage de mai 68, fait que nos flics et pandores sont montrés comme des agresseurs, presque des gangs concurrents à ceux de nos chers dealers; des empêcheurs de casser en rond et en réunion (qui est apparemment l’ultime expression de la liberté individuelle);
Pas assez nombreux ou encore trop selon certains? mal équipés, mal entrainés? mal utilisés surtout! puisque depuis des décennies le Pouvoir les bride (et pas seulement à Chinatown) lorsqu’il s’agit de passer les banlieues au Karcher, puis les lance plutôt contre les honnêtes citoyens pour exiger d’eux la production de la Sainte Attestation (NB: ne pas oublier d’accompagner l’Indulgence de son justificatif de domicile!)
All Cops are Bastards? All bastards are not Cops!

A1 2c4

Réponse
Trugluff 16 décembre 2020 - 10 h 59 min

Bravo ! Au moins c’est dit.

Réponse
Charles Hulsmans 10 décembre 2020 - 12 h 25 min

L’article 24 est soit constaté, soit conspué. Normal, 24 est divisé par 2, par 3, et même par 4.
Le porte-parole des masochistes a laissé entendre que ses adhérents préféraient être floués plutôt que floutés.
Pour que la vidéo ne soit pas vue, certains donnent de la matraque pour fermer les yeux à titre préventif.

Ça commence à être pénible pour les touristes.
Voir le modèle original à Paris, comment le faire ailleurs ? Il y a bien une copie à Las Vegas, mais, comme dirait Piaf, il faut voir l’avion rose.
Il paraît qu’au Moyen-Orient, il y a un projet de tour Eiffel à Sion.

P.S.
La belle Jezebel craignant le métro, ramait dans l’haram.
On me l’a dit, j’étais trop fatigué pour être las.
Visser dans un commissariat, ou un violon, demande l’archet type que les instruments accordent.

Réponse
Coyote 16 décembre 2020 - 10 h 26 min

Ce n’est pas une Tour Eiffel, mais un derrick: il y l’essence à Sion

Réponse
Trugluff 16 décembre 2020 - 11 h 00 min

Excellent.

Réponse
phi 10 décembre 2020 - 10 h 56 min

@Julianetas “si les gens se font tamasser il n ont qu’a rester chez eux”
pourtant les 16 et 17 juillet 1942 les gens etaient chez eux , on a vu ce qui c’est passé le peu a s’en etre sorti n’y etaient pas , la police (la aussi ) etait aux ordres… donc le coté ” je soutiens la police” c’est un peu reducteur, la question etant surtout jusqu’ou ? la violence, plus specialement celle de “l’ayant droit” a toujours été, reste et sera toujours l’apanage du faible…..

Réponse
Trugluff 10 décembre 2020 - 12 h 24 min

C’est un avis et merci de l’avoir exprimé.

Réponse
jeff06 9 décembre 2020 - 10 h 40 min

jEFF06/ Cet article 24 est mal rédigé et mal expliqué… le débat le rend donc caricatural et incompréhensible.
Comme disait Montesquieu il y a l’esprit (le pourquoi) et la lettre (la rédaction.
Il n’est nullement interdit de filmer des policiers en action: il question d’interdire la diffusion de ces images (avec des visages de flics non floutées) sur les réseaux sociaux. Par contre les images en clair peuvent être envoyées au procureur pour lui montrer des comportements que l’on juge inadéquats. je ne suis pas flic et prêt à dénoncer les abus de force et de violence car ce qui est juste doit être fort, mais ce qui est fort doit être juste (Voltaire). J’arrête là les références Promis!
Presque personne n’est informé des procédures du montage d’une manifestation (déclaration en préfecture-itinéraire suivi- service d’ordre prévu pour éviter les débordements- engagement de la responsabilité des organisateurs…).
Si les escadrons de gendarmerie mobile, ou les compagnies de CRS ne sont jamais engagés à proximité de leur lieu de cantonnement, c’est, pour éviter que dans les confrontations possibles il y ait usage de la force et de la violence sur un manifestant dont , par exemple, les enfants sont dans la même école que ceux du policier qui a matraqué. et qu’il y ait des embrouilles par la suite.
Les réseaux sociaux abolissent la distance et le policier d’une région est affiché dans toute la France, des fichiers on le sait sont constitués pour permettre des représailles contre les flics identifiés. On ne peut déplorer que la police fasse trop souvent défaut là où elle serait nécessaire et accepter qu’elle soit mise en cible.

Réponse
Trugluff 9 décembre 2020 - 11 h 05 min

Bravo pour cet excellent commentaire fondé de bon sens. Merci de l’avoir partagé avec nous.

Réponse
Gubal 9 décembre 2020 - 9 h 57 min

Tout à fait d’accord avec vous Archibald et Huby , la police doit être floutée sur les vidéos( pour les protéger ainsi que leurs familles des givrés ou des racailles ).
Que les tabassages des casseurs continuent et s’intensifient et même que les armes parlent ,certains actes sont des actes de guerre , que la loi de la république prime et que les mécontents se calment, restent chez eux ou quittent la France ( je me comprends !).

Réponse
Trugluff 9 décembre 2020 - 11 h 06 min

Ca a le mérite d’être clair.

Réponse
guy benichou 8 décembre 2020 - 17 h 42 min

Depuis la nuit des temps les hommes se fendent la gueule à coups de hachoir, c’est a croire que cela les amusent encore : LA PREUVE , ET CE N’EST PAS FINI , NOUS EN SOMME QU’AU PREMIER ACTE. Parole de visionnaire!

Réponse
Trugluff 8 décembre 2020 - 17 h 51 min

Je crains en effet que les choses ne s’agravent et que les armes à feu sortent. Nous verrames, merci et à bientôt.

Réponse
Julianetas 8 décembre 2020 - 8 h 40 min

J en ais marre de tous ces connards qui cassent tout et ces con de journalistes qui sont d accord avec la cassé et bien sûr c’est toujours la faute des policiers si les gens se font tamasser il n ont qu’a rester chez eux

Réponse
Trugluff 8 décembre 2020 - 11 h 01 min

C’est expéditif mais cela a le mérite d’être clair et sans ambiguïté. J’adhère, merci et à bientôt.

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 14ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.