Accueil Politique Loi travail.
loi travail

Loi travail.

par Trugluff

Loi travail, le jeu de loi ou la loi du Je.

 

Cake 40 – Ca y est la rentrée est bien là – les premières grèves commencent avec pour motif la loi travail de Macron et les chauffeurs routiers commencent à bloquer les routes.

Magmax – Bloquer la France avec quelques camions, c’est là qu’on voit qu’on a des routes pas larges.

Blaireau – Tous ne font pas grève, notamment les chauffeurs de corbillard ! Les pilotes décès poursuivent leur activité.

ARCHIBALD – C’est surtout ahurissant d’empêcher le Président de mettre en œuvre ce que le candidat a annoncé. Si l’on ne voulait pas de son programme il fallait voter autrement, maintenant que la démocratie s’est exprimée il faut respecter son choix et le « Je » ne peux pas l’emporter sur le « Nous ». Tous les pays européens ont fait, depuis des années déjà, des réformes significatives pour lutter contre le chômage. En France nous pensons que c’est nécessaire mais nous ne voulons pas le faire.

Huby – Quelques-uns seulement veulent bloquer tout changement. Pour une minorité, cette opposition obsessionnelle à la réforme constitue son fonds de commerce, sans cela elle n’existe plus. Il faut donc s’opposer systématiquement car elle ne sait faire que cela, pour preuve : que propose-t-elle comme autre solution ? Rien.

Madgic – Pour lutter contre le chômage il faut bien être solidaire. Non ?

Blaireau – Non, pas comme ça. Si ceux qui ont du travail étaient un peu plus solidaires, ils démissionneraient pour le donner à ceux qui n’en ont pas, comme ça, tout le monde en aurait. Ca ce serait de la solidarité et de la vraie, c’est très différent du fait d’emmerder les travailleurs qui vont au boulot.

Cake 40 – D’autant que la loi travail ne me semble pas, à priori, une mauvaise chose : limitation des dommages-intérêts en cas de licenciement – ça peut libérer la décision d’embauche et n’enlève rien aux travailleurs.

Madgic – Si bien sûr que si. Si le montant des indemnités diminue ça lèse les travailleurs.

ARCHIBALD – Tu confonds, ce n’est pas les indemnités qui baissent, au contraire il est prévu qu’elles soient augmentées, il s’agit des dommages et intérêts en cas de licenciement abusif qui seront limités. Dans ce cas seulement tu peux avoir un manque à gagner auquel il faut deux conditions : 1 que tu sois licencié et 2 que tu le sois de façon abusive, donc cela ne te retire rien puisque tu n’as encore rien touché. Par ailleurs les titulaires de mandats syndicaux verront leurs compétences revalorisées. Le chômage sera donné aux travailleurs indépendants et aux salariés démissionnaires. Franchement tout cela ne mérite pas toutes ces grèves. Cela semble plutôt une bonne chose qui mérite d’être étudiée.

Cake 40 – Tu vois ce qui m’embarrasse bien d’avantage c’est l’augmentation annoncée du prix des carburants.

Magmax – Moi je m’en fous de l’augmentation, j’en mets toujours pour 50 euros ….

Cake 40 – Il me fait marrer ce Mélenronchon à tout contester pour, à priori, le bien des travailleurs. Il ne fera jamais autant pour eux que Jésus. Jésus, il naît, congés, il meurt, congés, il ressuscite, congés, il redescend sur Terre, congés. Je ne sais pas s’il y aura autant de congés à la mort de Mélenchon !  

Blaireau – Au mieux il y aura une minute de silence et à tes frais. Tu vois, question travail une question m’obsède depuis toujours : pourquoi y a-t-il tant de gens dans la rue en semaine, quand on est censé bosser, et si peu le dimanche, quand on est censé se reposer ?


#LesTronchesDeCake #LoiTravail #GrèveDesRoutiers #Mélenchon

Sur le même thème  (cliquez sur le lien)

Métro, boulot, Bobos

Management débile, la nouvelle norme

Le travail au noir

 

Sources : Juri travail   

 


Laissez un commentaire

26 commentaires

patron du 17 5 octobre 2017 - 9 h 11 min

une info donc personne ne parle est le cout du travail , pourtant elle est essentiel quand on veut s attaquer au chomage .

prenons un exemple ; quelqu un qui bosse sur une chaine de production et gagne le smic , soit 1100 € net
le cout de son salaire est 2300€ pour l entreprise y compris le conges payés , l outil de travail en fonctionnement coute 1800€ , la gestion administrative 250 € , l absenteisme 110 , la marge de l entreprise 20% soit un cout de reviens total de 5220€ hors taxe ,
si le salarié est productif a plus de 5220 € par mois , il peut entrer dans le monde du travail , sinon , c est impossible !
En allemagne , pour une production de 5220 € par mois , le salarié gagne 1700€ par mois …….
je sais , ca fache de lire cela
c est surement a cause des patrons

Réponse
Trugluff 5 octobre 2017 - 10 h 10 min

Merci pour ce complément d’information qui est à prendre en compte.

Réponse
patron du 17 2 octobre 2017 - 18 h 13 min

il y a souvent confusion entre le patron et l’entreprise ;
le patron est celui qui dirige l’entreprise : on peut considerer deux types de patrons , ceux qui ont créé ou reprit une entreprise en achetant les parts ou en heritant et ceux qui sont designés par un conseil d’administration .Ces derniers sont les fameux grands patrons et passent d’une entreprise a une autre assez facilement , d ou une absence de culture d ‘entreprise.
On pose rarement les raisons d un licenciement , pourtant , il faudrait s y interesser de pres avant de pretendre resorber le chomage de masse franço français.
commençons par le debut , pourquoi une entreprise embauche ? la reponse est simple ; par necessité en esperant que le salarié lui fera gagner de l argent .
pourquoi une entreprise debauche ? par necessité egalement , peut importe la raison invoquée , mesentente , probleme de rentabilité du salarié , desorganisation de l entreprise , pour assurer sa survie ,une entreprise doit pouvoir debaucher .c’est cela qui derange ,
des entreprises naissent , d autres grandissent , d autres meurent , les mouvements de salariés existeront toujours , c est ainsi , arretons de vouloir figer le monde du travail , c est cela qui créé du chomage .

ah oui , j oubliais , le sujet ; une enieme refome du code du travail , je crois qu il faut reformer la definition du mot reforme.

Réponse
Trugluff 2 octobre 2017 - 18 h 54 min

Excellent ! Patron du 17 tu te surpasses, bravo. J’épouse l’intégralité et sans réserves de tes propos. A bientôt

Réponse
patron du 17 2 octobre 2017 - 19 h 22 min

merci des tes encouragements , le drame du licenciement , c est français et seulement français , dans certain pays ( “reformé de longue date “), le drame du licenciement n existe pas car chacun retrouve du boulot rapidement , cela ne te rappelle pas les 30 glorieuses ?
aujourdhui , il m est plus facile de divorcer d’avec ma femme que de licencier mon assistante , et avec la nouvelle reforme , je crois que je ferais mieux d’epouser mon assistante………

Réponse
Trugluff 3 octobre 2017 - 11 h 45 min

la métaphore est excellente et je vais du reste me l’approprier. Merci de ta participation

Réponse
Ipchat 30 septembre 2017 - 2 h 05 min

Vais vous dire : le licenciement est la faute des deux parties : si un licenciement se passe mal, c’est qu’il y a un défaut fondamental de communication depuis longue date entre eux deux; de un, le salarié n’a pas su expliquer avec force et âme en quoi il excelle dans son travail ou n’a pas su transmettre son enthousiasme (eh oui, beaucoup se reposent sur leur laurier et font ronfler la cocotte : pas de candidature aux élections CE, CHSCT, pas de représentation syndicale, certains fuient les réunions, repas et autres séminaires considérant – peut être à juste titre – que l’important n’est pas là… il y a une véritable question de remontée des infos auprès de la Direction; si vous laissez les managers parler pour vous : vous disparaissez, c’est simple; concernant les patrons maintenant; ah, la, la!!! Que dire des dirigeants qui ne proposent JAMAIS aucune formation, promotion, qui ne délèguent pas ou ne donnent pas des missions, qui font d’abord passer des auditeurs extérieurs pour mesurer la qualité du travail qu’il devrait connaître eux-même! Un comble! Des décennies sans impliquer un salarié, et se demander à la fin pourquoi c’est mieux ailleurs en bavant ? C’est mieux là où ça communique et où ça s’entend. La qualité de la relation au travail se perd, le sens du travail également avec la reconnaissance qui va avec; le service des ressources humaines en entreprise n’est plus une ressource valable dans l’entreprise : elle a échoué en se contentant de gérer les payes et en ne voulant pas facher le patron, car elle aussi ne veut pas perdre son job. Bref cette loi vient couronner ces absences et ses désertions ; et maintenant ? Va falloir se battre pour ce qu’on veut, c’est tout, et rappeler à tous leurs devoirs (à rappeler l’incidence sur le CA : si un patron connaît son entreprise, elle est en mesure de réagir à bon escient, d’anticiper et de s’adapter AVANT la catastrophe; impossible si on est pas main dans la main avec ses salariés, s’il n’y a pas de confiance)

Réponse
Trugluff 2 octobre 2017 - 9 h 23 min

C’est tout à fait exact et j’en partage totalement le propos – ça sent le vécu. Merci et à bientôt

Réponse
Coyote 29 septembre 2017 - 20 h 48 min

Outre que cette limitation s’applique effectivement qu’aux licenciements abusifs, rappelons environ 30% des décisions rendues par le conseil des prud’hommes ne sont jamais exécutés … peut être qu’il vaudra mieux alors toucher un peu moins qu’espéré, réellement, plutôt que ne jamais rien recevoir car on n’a juste pas les moyens de se lancer dans une procédure de recouvrement par voie d’huissier… (parce qu’un patron qui est de suffisamment mauvaise foi pour vous foutre dehors pour rien ne tremblera pas devant les prud’hommes et que le surcoût à supporter à cause de l’intervention d’huissiers sera de toute façon peanutsienne face à l’indemnité accordée…) non?…
Quand j’entends certains syndicats, on croirait que l’idéal de chaque patron est de mettre des gens à la porte, surtout sous des prétextes falacieux, or dans le même temps on constate que bien des fautes professionnelles ne sont jamais sanctionnées… soit au bénéfice du doute, par tolérance face à une carrière qui somme toute se déroulait bien jusque là, par phobie administrative …et j’en passe. de ça il n’est jamais question.
Enfin, moi je m’en fous, je n’ai pas besoin de travailler pour vivre: mon salaire me suffit!
a1 2c 4

Réponse
Trugluff 2 octobre 2017 - 9 h 07 min

Voilà de l’excellent et pertinent Coyote, merci.

Réponse
betsynette 29 septembre 2017 - 10 h 08 min

Ce qui m’amuse ce sont ces …….zélites……..qui demandent que certains démissionnent pour laisser la place à d’autres, déjà si ces ………zélites…..du gouvernement, super bien payé, pouvaient le faire et ainsi permettre à d’autre d’avoir un peu de blé, venant de la gamelle macroniste se serait une bonne chose, puisque ces incapables ne trouvent pas d’idées pour une création d’emplois.

Réponse
Trugluff 29 septembre 2017 - 15 h 59 min

Voilà un commentaire mordant et merci de l’avoir exprimé.

Réponse
Coyote 1 octobre 2017 - 10 h 54 min

de ces zéites nos dirigeants sont les zélotes…

Réponse
Trugluff 2 octobre 2017 - 9 h 17 min

en es-tu sûr ?

Réponse
Coyote 2 octobre 2017 - 20 h 02 min

et zut à l’autre! (de knokke le zoute)

Trugluff 3 octobre 2017 - 11 h 46 min

J’avoue ne pas comprendre ton commentaire ! Merci d’éclairer mon cerveau lent.

Coyote 3 octobre 2017 - 20 h 24 min

Ce n’était que pour l’alliteration …
(moi aussi, j’ai bien le droit de me reposer!) ;-)

Chen 28 septembre 2017 - 16 h 40 min

le plafond des indemnités en cas de licenciement abusif…. là, c’est une vraie question. On parle de licenciement abusif, pas d’un patron qui n’a pas pu faire autrement, et qui vous licencie parce que vous, ou le contexte ne lui avaient pas laissé le choix. Autrement dit, d’une entreprise qui vous a causé un préjudice…. et en fonction de votre âge, c’est pas coton de retrouver un job… alors quand on regarde les plafonnements, oui, ça fait pleurer…. Le reste à la limite, mais il y a un truc que je ne comprends pas, quand on fait des trucs hors la loi, on est sensé indemniser la personne à qui on a commis un préjudice… à la hauteur du préjudice subi, préjudice différent pour un non qualifié de 18 ans, un diplômé de 35 ans, et pour un senior de 55ans…. il serait normal de prendre en compte celui-ci en fonction des difficultés de la personne à retrouver un emploi. Et si en plus, il y a eu des problèmes d’un autre ordre (absence de paiement pendant x mois, absence de bulletin de salaire, contrat mal foutu, et que le salarié touche des dommages et intérêts, pole emploi peut se sucrer dessus (alors que lorsque pole emploi indemnise, il devrait se renflouer sur l’entreprise qui filoute, pas sur la personne qui est déjà lésée!)… c’est un peu fort le café, non?

Réponse
Trugluff 29 septembre 2017 - 16 h 08 min

Présenté comme cela oui, mais c’est rarement le cas. Que les employeurs “voyous” soient pénalisés cela me semble être du bon sens et n’est pas discutable. Le gros de la troupe des dossiers aux prud’hommes vient des abus orchestrés tant par les salariés que par leurs avocats qui cherchent à faire requalifier les licenciements en licenciement abusif pour tout simplement optimiser la prime de départ. Le Droit doit être dans les 2 camps si tel n’est pas le cas il se produit la situation d’aujourd’hui – de plus en plus de précarité chez les salariés car les employeurs ne veulent pas s’embarrasser de complications administratives inutiles.

Réponse
ercé 28 septembre 2017 - 5 h 30 min

Loi de travail ? Mais qui est en mesure de l’expliquer correctement ? Mais où se trouve ce texte afin que l’on puisse le consulter ? La démocratie ça n’est pas je vote pour un gugus et il décide tout et tout seul de tout ! D’ailleurs je ne vote plus depuis 2005 … :(

Réponse
Trugluff 28 septembre 2017 - 11 h 01 min

Merci pour cet avis et j’espère à bientôt sur nos lignes

Réponse
Paul de Métairy 27 septembre 2017 - 19 h 48 min

Aucun gouvernement d’aucune sorte ne trouvera grâce aux yeux de la CGT, à moins que le Président, tous les ministres et tous les parlementaires appartiennent à la CGT. Pour mémoire, même un gouvernement avec des communistes n’est pas suffisant: sous Mitterrand, c’est un ministre communiste des transports (Charles Fiterman, je crois) qui a envoyé les chars de l’armée dégager les camions qui bloquaient les routes…

Réponse
Trugluff 28 septembre 2017 - 11 h 02 min

Excellent c’est bien de le rappeler, merci et à bientôt.

Réponse
GUY BENICHOU 26 septembre 2017 - 17 h 59 min

Alors moi je me marre, mais je me marre comme un fou! De quelle loi parlez-vous? Je ne comprend rien! Des milliers d”émigrants sont là, et d’autres arrivent par milliers, mais bon sang il faut bien leur trouver du travail (à prix très réduits) à ces gens là non! Alors nous les Gaulois dont nos parents ont travaillés depuis des lustres et occupés des postes taxés à mort, à présent à nous le chaumage et les coups de pieds au cul si on est pas content,… non mais! MORALITÉ : Pour les patrons la crémière et tout le reste et pour nous , le lait qui a mal tourné .

Réponse
Trugluff 26 septembre 2017 - 18 h 25 min

Voilà un commentaire bien énervé et pessimiste de surcroît. Le lait qui a mal tourné ça fait du beurre avec ou sans épinards.

Réponse
GUY BENICHOU 26 septembre 2017 - 21 h 54 min

Hélas mon cher ami, toutes vérités ne sont pas bonnes à dire, cela est bien connu!

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.