Accueil Actualité Désert médical.
Désert médical

Désert médical.

Técou où t’es con !

par Trugluff

Les personnages                   et                      Qui sommes-nous ?


Désert médical à Técou où t’es con !

 

Técou est une commune française située dans l’ouest du département du Tarn, en région Occitanie qui n’a pas de médecin puisqu’elle aussi est frappée par le Désert médical. Ce village est dans le Gaillacois, un pays qui doit sa notoriété à la qualité de ses vins et maintenant à la connerie de ses habitants.

Il n’en fallait pas moins pour lancer nos Tronches de Cake dans un débat animé par les bocks de bière qui s’entrechoquent pour se souhaiter « santé » !

 

Huby – Lors du journal télévisé du soir sur TF1 j’ai été totalement stupéfaite par la stupidité humaine d’une commune du Tarn. Voilà un village qui, comme beaucoup, ne dispose pas de médecin généraliste. Par bonheur un jeune toubib prévoit de s’y établir, sauf que ! … Un collectif de voisins s’est opposé à son installation au motif que les allers et venues des patients aller générer une gêne. J’ai cru tomber par terre en entendant ce verdict de connerie. Le médecin ne s’est pas démonté, il est allé s’installer dans une autre commune qui l’a accueilli bras ouverts.

Blaireau – Mais Dieu, qu’est-ce qui vous a pris ? Quand on a la chance d’être Dieu, on n’invente pas Técou !

Cake 40 – C’est vrai que l’unique refuge du con, c’est sa connerie et elle jaillit de lui comme une diarrhée lorsqu’il pète pour prouver sa confiance en lui.

ARCHIBALD – Le Désert médical est la résultante du numérus clausus que les Pouvoirs Publics ont imposé pour limiter le nombre d’étudiants en médecine – on ne peut que les féliciter ; voilà enfin un objectif tenu ! On ne trouve plus de toubibs, y compris dans les grandes villes françaises.

Madgic – Avant de jeter l’opprobre sur les Gouvernants il conviendrait de faire un bilan précis de la situation afin de faire reculer le Désert médical de nos provinces au lieu de pleurer sur cette désertification inquiétante.

Blaireau – Tu pleures dans le désert, le lendemain il y a une plante … à méditer.

Cake 40 – Je suis d’accord avec toi Madgic faisons un bilan de Santé :

  • la vitesse de sédimentation fait apparaître une baisse annuelle des médecins de 1 à 2%,
  • les examens urinaires constatent une perte totale d’albumine qui engendre une perte d’intérêts,
  • le toucher rectal confirme que l’on est bien au fond du trou,
  • la capacité thoracique indique que l’Académie de médecine ne manque pas d’air,
  • le système veineux, contre toute attente, n’a pas de veine : des technocrates ne gèrent que des statistiques oubliant que derrière il y a des malades,
  • le taux de CPAM AMELI, est en évolution – son augmentation est inversement proportionnelle à la baisse des médecins.

Pour conclure : un redressement de cette situation difficile, n’est possible qu’avec un durcissement de la politique de santé. Une DSK thérapie s’impose de toute urgence.

A la semaine prochaine  …

 

C’est à vous de poster un commentaire et de noter l’article (ci-dessous)


Sur le même thème  (cliquez sur le lien)

Hôpital public

Sécurité sociale

Avortement et IVG


Sources : TF1

#LesTronchesDeCake #DesertMedical #Tecou #NumerusClausus

close

Je m'abonne

dans le strict respect de la RGPD

Nous gardons vos données privées et ne les partageons pas. Seules les tierces parties qui rendent ce service possible y ont accès.

Laissez un commentaire

15 commentaires

Pouyet 1 juin 2022 - 21 h 54 min

Excellent

Réponse
Trugluff 2 juin 2022 - 13 h 14 min

Merci pour ce commentaire lapidaire qui en dit long. A bientôt.

Réponse
Coyote 21 mai 2022 - 18 h 23 min

Encore une fois, tu tapes juste, cher Scribe!
Lorsque la politique de la ville, menée depuis des lustres, laisse crever la France périphérique, ce n’est pas qu’une image! Car, en effet, à quoi mène la désertification médicale, sinon une dégradation lente et inexorable de la prise en charge des malades? Si l’on en croit ton (excelllllent) article et le reportage de TéFin, la santé mentale de certains commence même sérieusement à en pâtir … … … et pâtir, c’est mourir un peu (CQFD)
A1 2C 4

Réponse
Trugluff 21 mai 2022 - 19 h 46 min

Excellente observation sur la santé mentale. Bien vu, comme toujours.

Réponse
Hugues Verschoote 20 mai 2022 - 13 h 41 min

Nous n’avons pas assez de médecins, ce n’est pas nouveau. Cela date des années 80 par des restrictions d’accès aux étudiants. On a donc recours à des étrangers (mes opérations par un sénégalais, un vietnamien et une lybienne se sont bien passées, merci). Les généralistes peuvent s’établir où ils veulent, aux Communes de savoir les attirer (certaines leurs offrent des logements gratuits etc…) Au gouvernement de prendre des mesures pour supprimer ces horribles limitations d’accès aux études !

Réponse
Trugluff 21 mai 2022 - 19 h 43 min

Voilà, ça c’est dit ! Merci de l’avoir exprimé et à bientôt.

Réponse
Zoizeau 18 mai 2022 - 14 h 56 min

On parle beaucoup de désert médical, mais trop peu du désert intellectuel qui s’est abattu sur le France depuis quelques années… L’intelligence est devenue si rare qu’on ne parle plus que d’intelligence artificielle !
Une pétition contre l’installation d’un cabinet de médecins, fallait oser…
Le numérus clausus est une chose, mais je crains que le métier lui-même ait perdu de son attraction.
Mon médecin était effaré du temps passé en formalités, papiers, qu’il faut effectuer pour chaque acte médical. La fraude aux prestations n’a probablement jamais été si importante que maintenant, mais les contrôles aussi !
Mon pharmacien compte scrupuleusement le nombre de dose et de renouvellements auxquels j’ai encore droit et me refuse la délivrance en cas de dépassement… sauf qu’arrivant au bout de mon ordonnance je viens de prendre RDV au plus tôt pour mi-septembre !
Le pire c’est que ça fait déjà bien 20 ans qu’on entends parler de désert médical sans que rien ne bouge réellement !
Seuls les effectifs des ARS, administratifs, petits potentats de la santé en tous genres qui se sont éclatés ces derniers temps devant les micros et caméras pour entretenir soigneusement la psychose covidial… sans avoir jamais vu le moindre patient de leur vie d’ailleurs !

Réponse
Trugluff 18 mai 2022 - 15 h 31 min

Bravo de souligner le désert intellectuel bien présent partout. snif

Réponse
BENICHOU 18 mai 2022 - 11 h 43 min

LE DESERT MEDICAL, QUOI DE PLUS NORMAL … VOYONS ! NOS DIRIGEANTS SONT TOUS DES CHAMEAUX !

Réponse
MELET Sylvie 17 mai 2022 - 17 h 42 min

Il est vrai que le domaine de la Santé, comme tant d’autres, d’ailleurs, ( police, enseignement…) n’a pas été géré avec bon sens et rigueur, ce qui eut permis, sans doute, de mieux répondre aux besoins des populations.
Ensuite, il faut reconnaître que les citoyens sont parfois réfractaires à des solutions, dès lors qu’il y a des efforts ou sacrifices à accomplir. Les cabinets médicaux répondent en partie aux attentes des jeunes médecins qui n’ont plus vocation à être corvéables, comme les anciens l’ont été, au détriment de leur vie privée, bien souvent. Ce qui est regrettable, c’est les injustices criantes, au niveau des soins, dont sont victimes les habitants de ces zones désertiques. Nous ne serons jamais égaux face à la maladie, c’est une certitude.
En tout cas, cet article donne matière à réflexion, avec tout l’humour dont vous avez l’art et la manière. Merci très chères Tronches !

Réponse
Trugluff 18 mai 2022 - 15 h 25 min

Merci pour ces encouragements continus.

Réponse
Julianetas 17 mai 2022 - 11 h 48 min

C’est vrai dans beaucoup de province le désert médical est la Mais tant que l on obligera pas les jeunes médecins a s’installer dans les campagnes qui après tout sont certainement le reflet de la ruralité , pourquoi eux n’ont pas les faveurs de ces jeunes médecins s est simple il ont peur de être réveillé en pleine nuit faire des déplacements chez les patients .en ville où dans les grosses agglomération l hôpital est la dont facile de se défausser Dessus dans les campagnes quant vous avez une heure de route et des fois sans que les patients n ait de mobilité . Après tout ils passent par l université qui est payé par nos impôts et l enseignement est gratuit ok voilà réfléchissez.

Réponse
Trugluff 17 mai 2022 - 12 h 25 min

Il est vrai que les Pouvoirs Publics devraient imposer un lieu d’affectation aux nouveaux médecins en échange des études couteuses dont ils ont bénéficié et comme tu le dis, payées par nos impôts. Cela n’aurait à mon sens rien d’extravagant mais relèverait plutôt du bon sens solidaire. A bientôt.

Réponse
Alex R 18 mai 2022 - 11 h 46 min

La réponse est plus complexe que ça… un jeune médecin n’est finalement pas si jeune que ça quand il débute dans la vie active et il est fort probable qu’il ne soit pas célibataire, voire qu’il aie déjà des enfants quand il s’installe. Nos gouvernements successifs n’ont rien fait pour les communes rurales et leur attractivité. Pourquoi s’installer dans un village où le conjoint n’aura pas de travail (en général il s’agit de CSP+) et les enfants ne pourront pas être scolarisés (il a bien fallu fermer les écoles rurales pour dédoubler les classes en zone REP+) ? Où tous les services publics sont absents ? Pour aller visiter ses patients, de jour ou de nuit, son trajet va lui coûter en carburant la moitié de ce que la consultation va lui rapporter (l’autre étant prélevée par l’Etat, il faut bien financer l’aide médicale gratuite quand même…) et en plus il va se faire conspuer car il roule au diesel. On ne parle pas de la vitesse à 80km/h sur les routes de campagne qui rallonge ses temps de trajet de 10%.
Je suis absolument contre toute forme d’obligation, notre beau gouvernement ne sait que trop bien faire (et nous n’avons pas encore vu Macron2, le retour…). Une incitation serait à mon sens plus productive et efficace (baisse des charges, aide à l’achat ou la création d’un cabinet…).
Je précise que je ne suis ni médecin, ni profession libérale et habite, selon mes affectations, aussi bien à la campagne qu’en ville.

Réponse
Trugluff 18 mai 2022 - 15 h 29 min

Effectivement je crois plus à l’incitation qu’à la contrainte, fusse-t-elle pour un retour sur investissement : en échange de la formation reçue. Cette dernière peut-être retenue dès lors qu’elle est indiquée au tout début de la formation comme pour d’autres métiers de la fonction publique. Merci et à bientôt

Réponse

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 15ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.