Décadence de l’enseignement en France – Ceci explique Zola

Décadence de l’enseignement en France – Ceci explique Zola

Le ciel est par-dessus le toit, si bleu, si calme. Il fait beau, il fait bon la vie coule comme cette blonde dans les verres de nos tronches de Cake qui achèvent cette journée de printemps sur la terrasse du Balto. Trop bref instant de bonheur que l’on aimerait ne jamais voir finir. 

 

Huby  « Aujourd’hui est pour moi un grand jour, j’ai enfin achevé mon mémoire sur l’Education Nationale et sa dérive vers la médiocratie. »

Madgic  « L’Administration s’intéresserait-elle à la décadence de l’enseignement de son école ? »

Huby  « Eh ! Bien oui et surtout lorsque les chiffres sont mauvais. »

ARCHIBALD  « Ton étude t’amène à quelle conclusion.  »

Huby  « Oh ! C’est édifiant, je vais vous en faire un résumé et le syndrome de cette dégradation vous apparaitra comme des boutons sur la joue d’une femme. »

ARCHIBALD  « Et pourtant les boutons c’est ce qui fait la beauté d’un rosier… »

Blaireau  « … ou d’une braguette ! »

Cake 40  « Ca y est ! Le poète disparu est retrouvé. Je suis sûr Huby que ton rapport met parfaitement en lumière les dérives de l’enseignement sans pour autant nommer les responsables. Pourtant ce sont eux les fautifs de cette médiocratie environnante. Est-ce qu’un jour dans ce pays les politiques vont assumer leurs erreurs en étant sanctionnés comme c’est le cas dans le privé ? »

Madgic  « C’est vrai que je suis lassé de ces responsables qui n’ont de responsables que la paie et qui n’assument aucune de leurs fautes. Le plus fort, ils sont questionnés par les médias pour leurs qualités de spécialistes ! Tout le monde s’accorde à dire que c’est la crise, partout dans le monde et notamment en France. On note de graves dérives budgétaires dans notre pays depuis des années. Est-ce qu’un jour vous avez entendu un politique dire que sa mesure a couté des milliards sans apporter le résultat escompté ? Non bien sûr ! Le mieux de ce que nous avons entendu devant une cour de Justice  c’était : responsable mais pas coupable ! Excuse-moi Huby je t’ai interrompue. »

Huby  « C’est vrai je ne cite aucun nom. Pourtant un grand nombre de Ministres de l’Education Nationale par souci de laisser leur empreinte y ont laissé des stigmates. En préalable de ma ecole.jpg« démonstration » on admet qu’un élève de 1906, détenteur du certificat d’études disposait d’une connaissance comparable à celle d’un étudiant BAC+3 de 2009 et selon moi sans y intégrer la qualité de la calligraphie. Pour bien comprendre ce glissement j’ai comparé les époques d’enseignement : enseignement 1960 : un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 F. Ses frais de production s’élèvent aux 4/5 du prix de vente. Quel est son bénéfice ? Enseignement 1970 : un paysan vend un sac de pommes de terres pour 100F. Ses frais de production s’élèvent aux 4/5 du prix de vente, c’est-à-dire 80F. Quel est son bénéfice ? Enseignement moderne de 1970 (réforme de l’enseignement) : un paysan échange un ensemble ‘P’ de pommes de terre contre un ensemble ‘M’ de pièces de monnaie. Le cardinal de l’ensemble ‘M’ est égal à 100, et chaque élément sigma de ‘M’ vaut 1 F. Dessine 100 gros points représentant les éléments de l’ensemble ‘M’. L’ensemble ‘F’ des frais de production comprend 20 gros points de moins que l’ensemble ‘M’. Travail demandé : Représente ‘F’ comme un sous-ensemble de ‘M’ et donne la réponse à la question : « Quel est le cardinal de l’ensemble ‘B’ des bénéfices (à dessiner en rouge) ? Enseignement rénové 1980 : un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100 F. Les frais de production s’élèvent à 80 F et le bénéfice est de 20 F. Travail demandé : Souligne les mots  « pommes de terre » et discutes-en avec ton voisin. Enseignement réformé 1990 : n peizan kapitalist privilegie sanrichi injustement de 20 F sur un sac de patat. Analiz le tesks er recherche le fote de contenu de gramere d’ortograf de ponktuacion et ansuite di se ki tu panse de cete maniaire de sanrichir. Enseignement assisté par ordinateur 2004 : un producteur de l’espace agricole câblé sur ADSL consulte en conversationnel une data bank qui display le day-rate de la patate.  Il load son progiciel SAP/R3 de computation fiable et détermine le cash flow sur écran pitch 0.25 mm Energy Star. Dessine-moi avec ton mulot le contour 3D du sac de pommes de terre, puis logue toi au réseau Arpanot  (Deep Blue Potatoes). Via le SDH boucle 4.5, extraire de MIE le graphe des patates. Travail demandé : Respecte-t-il ainsi la norme ANSI, ISO, EIAN, CCITT, AAL ? »

ARCHIBALD  « On peut imaginer l’enseignement 2020 : qu’est-ce qu’un paysan ? Qu’est-ce qu’une patate ? »

 

visa-Trugluff-avec-fond.png

à la next …


… si vous le voulez bien
 

 

remerciements aux enseignants qui ont participé à cette étude

 

7 Commentaires

  • Plutôt bien vu… en phase avec une certaine réalité !
    A réformer sans cesse et n’importe comment, les méthodes d’enseignement y ont laissé bien des plumes … Et les élèves avec !

  • Hélas comme dans toute caricature il y a beaucoup de vérité là-dedans. Ayant été enseignante quelques années tout ceci me parle hélas trop bien, et je dirais que même sur quelques années j’ai vu le
    niveau baisser et les méthodes évoluer tout à fait dans le sens de cet article. Sauf qu’ici c’est beaucoup plus drôle!

  • Je connaissais cette histoire. Un peu caricaturale, certes mais qui correspond à une forme de réalité. Il y a, c’est vrai, une énorme différence de niveau de connaissances (y compris pratiques à
    part la manipulation d’un ordinateur) entre le brevet élémentaire des années 1920 (j’ai connu des diplômés) et le brevet actuel. C’est un exemple. Mais les élites sont toujours là et pas plus
    nombreuses. Les bacheliers qui intègrent les prépas « prestigieuses » par exemple. Les autres bacheliers? Il fallait bien faire plaisir aux parents électeurs!

  • Salut,
    Déjà vu cette histoire d’enseignement, mais je n’ai jamais compris pourquoi c’est à partir de 1970 que ça partirait en cacahuètes.
    J’écris ça car je suis né en 1975 en honnêtement je n’ai pas souvenance d’exposés de problème aussi simplistes dans les années 80.
    Et le sms style n’existe que depuis 2000, avènement des portables en masse.
    Je pense que tu as au moins 10 ans d’avance ;)

  • Pas d’accord du tout avec Huby: les chiffres sont bons!
    La preuve : plus de 80 % de bacheliers, donc les chiffres sont BONS!
    Répétez après moi: les CHIFFRES SONT BONS!
    LES  CHIFFRES  SONT  BONS ! ! !

    …Amen!

  • bonsoir !
    voilà pourquoi je ne recevais pas d’articles –
    ils passent en spam –
    là je suis allée vérifier et tu avais cet article dedans –
    je ne sais pas pourquoi ??

    amitiés   Bon week-end   Lady Marianne

Les commentaires sont clos