Accueil Actualité Joshua Bell joue dans le métro
Joshua Bell joue dans le métro

Joshua Bell joue dans le métro

par Trugluff

Métro, boulot, solo ou quand Joshua Bell joue dans le métro

 

Madgic Aux toilettes j’ai mis la main sur un news de février et j’y ai découvert un article stupéfiant. Stupéfiant, car j’ai pris conscience que moi aussi je peux passer à côté de la beauté sans la remarquer. 

ARCHIBALD – La beauté est dans le soupir du roseau, dans le bouillonnement du ruisseau, dans ce nuage ciselé de soleil, dans cet oiseau qui chante, dans cette fleur qui accueille cette abeille qui butine. Si seulement les hommes pouvaient s’arrêter un instant pour l’observer. 

Blaireau Oui ! Observons une abeille, c’est le seul animal qui sente bon des pattes. 

Madgic Je suis impatient de voir votre réaction à cet article. C’est une histoire vraie qui se passe  un matin froid de janvier dernier à l’entrée d’une station du métro à Washington. Un musicien de rue était là debout qui jouait. Tout d’abord du Bach, puis l’Ave Maria de Schubert et de nouveau Bach. A cette heure de pointe, quelque mille personnes ont traversé ce couloir, pour la plupart en route pour le boulot. Après trois minutes, un homme a remarqué qu’un musicien jouait.  Il a ralenti son pas, s’est arrêté quelques secondes puis il est reparti. Une minute plus tard, le violoniste a reçu son premier dollar : sans s’arrêter, une femme a déposé le billet dans sa soucoupe. Quelques instants plus tard, un quidam s’est appuyé sur le mur d’en face pour l’écouter mais  regardant sa montre il a recommencé à marcher. Celui qui a marqué le plus d’attention fut un petit garçon d’environ trois ans. Sa mère l’a tiré, pressée, mais l’enfant s’est arrêté pour regarder le violoniste.  L’enfant agrippé par sa mère a gardé la tête tournée vers le musicien tout en marchant. Durant les trois quarts d’heure de jeu du musicien, seules sept personnes se sont vraiment arrêtées pour l’écouter un temps. 

Huby Peut-être même pas quatre temps. Même cet air de plusieurs fois cent ans a mis le temps ! 

Madgic Belle évocation de Brel sans la valse ! …  Il a récolté en tout et pour tout 32 dollars ! Quand il a eu terminé de jouer personne ne l’a remarqué. Personne n’a applaudi.  Une seule personne l’a reconnu. Personne ne se doutait que ce violoniste était Joshua Bell, un des meilleurs musiciens sur terre. Il a joué dans ce hall les partitions les plus difficiles jamais écrites, avec un Stradivarius de 1713 valant 3,5 millions de dollars ! Deux jours avant de jouer dans le métro, sa prestation au théâtre de Boston était «à guichet fermé» avec des prix avoisinant les 100 dollars la place. L’événement Joshua Bell, jouant incognito dans une station de métro, a été organisé par le « Washington Post » dans le cadre d’une enquête sur la perception, les goûts et les priorités d’action des gens. 
Les questions étaient :   
 • dans un environnement commun, à une heure inappropriée, pouvons-nous percevoir la  beauté ? 
 • nous arrêtons-nous pour l’apprécier ? 
 • pouvons-nous reconnaître le talent dans un contexte inattendu ? 
Une des possibles conclusions de cette expérience pourrait être : si nous n’avons pas le temps pour nous arrêter et écouter l’un des meilleurs musiciens au monde jouant quelques-unes des plus belles partitions jamais composées, à côté de combien d’autres choses exceptionnelles passons-nous ? 

ARCHIBALD – Remarquable expérience qui fait prendre conscience sur que vaut le temps, s’il n’en reste plus pour s’émouvoir, s’attendrir, aimer ? 

Magmax En plus avec un stradivarius, tu pleures … surtout si tu t’assois dessus. 

Huby Ah ! La musique quelle merveilleuse langue des émotions. Chaque note est un son qui pense. 

ARCHIBALD – Je suis troublé par l’idée que nous pouvons ne plus voir ou entendre la beauté. En musique nul besoin de comprendre pour écouter ce qui est beau. Ne plus s’émouvoir devant la beauté c’est admettre une vie plate comme les nichons de Birkin. 

Blaireau  Tu sais les critères sur la beauté ont beaucoup changé. Regarde dans les années 60 toutes les femmes voulaient ressembler à Bardot. Aujourd’hui plus personne. 

 
                à la next sur nos lignes 

 

#LesTronchesDeCake   #CriseDesSubprimes   #WallStreet   #Bourse

18 commentaires

Marie-Christiane 24 juin 2009 - 3 h 25 min

Allez, je retire « réac », qui « sent la poudre et le CRS »…Et je me livre juste – restons factuel – à un rapide relevé des commentaires du texte « In the baba et les quarante grévistes » : 16 « neutres » ou qui n’ont rien à voir avec le sujet, 14 contre et 1 de soutien aux grévistes. Et quand je dis « contre », c’est carrément : fonctionnaire = feignasse. J’ai beau chercher, je ne trouve point de réponse remetteuse de pendule à l’heure ! Tu parles d’avis divergents ? Relis les commentaires, le consensus est quasi total. Moi, quand tous les loups hurlent ensemble, je me méfie d’emblée. C’est même un bon truc pour savoir où se situe la justice.

Et je ne parle même pas de l’ignorance consternante de certains commentaires : le terme de « prise d’otage » pour qualifier les grèves de cheminots, a été inventé par les médias à la botte du pouvoir. Relayer cette propagande est de la pure bêtise. Idem pour le fait que les journées de grève sont payées. Encore une information colportée par les médias-paillassons : je connais quelques fonctionnaires – comme tout un chacun. Aucun de ceux que je connais ne gagne un fifrelin les jours de grève. Alors, puisque vous avez une connexion Internet, servez-vous en, et éteignez la télé à l’heure du journal, la véritable information, on la trouve facilement.

Marie-Christiane 17 juin 2009 - 3 h 01 min

D’abord j’ai plongé tête baissée : ouah ! Mince alors ! Et puis réfléchissant un peu plus, je me suis posé quelques questions : pourquoi avoir choisi une station de métro ? Le quidam moyen traçant à cet endroit là, pour aller gagner sa maigre pitance à la sueur de son front, est-il le même que celui qui dépense 100 dollars pour se rafraîchir le conduit auditif ? Pourquoi avoir choisi une pièce de musique classique pour représenter le beau ? Pourquoi la beauté est-elle si chère (3,5 millions de dollars le violon, 100 dollars la place de théâtre…) ?Ce que nous appelons la musique classique est la musique de l’élite : dès le début, c’est dans les salons des riches qu’elle fut jouée. Encore maintenant. Depuis toujours on dit au peuple que cela est beau. Comme les jupes plissées et les mocassins plats. Bien. Mais même si cette musique était jouée dans un endroit « approprié », dans un « contexte attendu », pour disons… 2 dollars, dans une salle du Bronx, ce musicien armé de son instrument extraordinaire ferait-il salle comble ? Je crois que non. Alors finalement je me demande si la question que pose vraiment cet article est bien celle qu’on lit au premier abord. N’y a-t-il pas là une affirmation sournoise qui ne s’énonce pas : les pauvres ne savent pas apprécier la beauté ?

laplote 25 juin 2009 - 7 h 12 min

Hélas, comme dit, le temps qui nous presse nous fait passer à côté de tellement de beauté… Notre société est imprégnée de stress et de course à la réussite. La compétition, en vitrine permanente, nous invite à l’adhésion et le politique s’en fait aussi le porte-voix. Diablement efficace. 
“Le temps s’en va madame, le temps s’en va, las le temps, non, mais nous nous en allons…” On devrait tous lire Ronsard mais est-ce qu’on nous en laisse le temps ?

Marie-Christiane 23 juin 2009 - 0 h 44 min

Eh les amis, il faudrait apprendre à – ou prendre le temps de – lire : je n’ai jamais dit que “les pauvres ne savent pas apprécier la beauté” ! Ou alors vous avez chaussé des lunettes à lire à l’envers. J’exprimais juste de la méfiance sur ce que je croyais distinguer entre les lignes de l’article du Washington Post, sous couvert de nobles sentiments.
La suite de ma réponse est un peu hors sujet, désolée, mais j’ai découvert ce site il y a peu, donc trop tard pour répondre à certains posts : j’ai été sidérée par certains commentaires bien réac, où je recherchais – en vain – un nième degré… en me disant que c’était pas possible que ça vole si bas sur ce site qui n’avait pas l’air trop couillon, quand même ? Coup de chapeau spécial à la meute qui massacre les fonctionnaires (fainéants et trop bien payés, comme le dit souvent mon voisin Bidochon), en particulier les salariés de la SNCF et leurs grèves. J’ai pas le temps de développer, ce serait trop long, et quelque chose me soufle que ça ne sert à rien… Mais voilà : je ne suis pas fonctionnaire, et je prends le train tous les jours pour aller bosser. Je suis incomparablement plus souvent retardée par les pannes et autres “incidents techniques”, causés par un matériel obsolète et plus du tout entretenu, que par les mouvements sociaux. Vous qui rôtissez sur les plages 5 semaines par an, rendez grâce aux grévistes qui, au début du siècle dernier, étaient déjà en butte aux jappements réprobateurs du petit monde des privilégiés.

Choc au La 23 juin 2009 - 4 h 33 min

Eh oui, le problème est que cet artiste ne fait pas partie de la JetSet ! Si une “Madona” ou je ne sais quelle… avait joué comme ça dans le métro, il y aurait eu foule, voire une interruption de service !
Mais c’était un artiste “classique” avec toutes les connotations qui vont avec et que 97% des gens ignorent.
Snapshot sur un instant qui fuit aussi vite que la rame qui vient de refermer ses porte sur l’immense masse de l’ignorance !
Et là, on a de la chance parce qu’il a joué Bach et Schubert, le “hit parade” du classique en quelque sorte ! Imaginez qu’il ait interprété une pièce de Bloch ou de Stravinsky, ne croyez-vous pas que quelques uns se soient énervés au point de le molester ?
Marie-Christiane disait plus bas : “les pauvres ne savent pas apprécier la beauté ?”
Question fatale ! Nan, Ce n’est pas parce qu’il sont pauvres qu’ils sont ignares ! La musique est un language universel qui traverse les civilisations, les races et les religions avec le même message, celui que seul le coeur sait décoder ! Et ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on n’a pas de coeur… Seulement il y en a beaucoup qui ne savent plus ce que c’est que de penser et de sentir avec son coeur. Et justement, les pauvres ont ça de plus que les autres et rien que pour ça : respect !
Je n’ai rien contre le classique, au contraire, j’adore ! Mais il faut changer l’objectif et mettre un grand angle quand on parle de musique !
La musique tzigane qui a tant induit notre jazz depuis des décennies est une “musique de pauvres”, le Gospel est un chant et une prière “d’esclaves et de pauvres”, le Blues est une musique “de pauvres” mais toutes ont des sonorités différentes parce qu’elles sont instinctives et non pensées et écrites. Elles ont une profondeur bien plus grande parce que justement elles sont instinctives, basées sur le feeling et ce que l’on ressent à l’instant et non quelques jours ou semaines après, couchées sur des partitions qui finissent par sentir la poussière et le rance plutôt que le sang et les larmes qui l’ont fait jaillir !
C’est tout !

Nad 21 juin 2009 - 9 h 45 min

et moi j’ajouterai que si les gens avaient su qui c’était qui jouait ils se seraient arrêtés… eh oui voir une célébrité en vrai … ah oui j’ai pas dit qu’ils se seraient arrêtés pour la musique mais bien pour le mec connu ! en réalité peut être que ces gens là ne méritent pas de voir la beauté du monde…
bizzz

gerard aubry 20 juin 2009 - 9 h 52 min

bonjour,
je découvre ,plutôt  sympa, je vous en dirai plus après un tour d’horizon… 
ciao … 

Gérard Brazon 19 juin 2009 - 1 h 08 min

J’aime beaucoup ce blog. Décapant, acide ou l’ulcère se marie avec la rose et la râpe avec la soie. Il y a tout ce que j’aime. Vous riez pour cacher les larmes. Des larmes que vous dites être des larmes de joie. Je vais le mettre sur mon blog si vous le voulez bien. 
Bien à vous

Ecotaxe 17 juin 2009 - 1 h 07 min

Bein moi, j’ai l’habitude de squizer tous les emails dont je ne connais pas la provenance. là, ayant un peu de temps, j’ai simplement ouvert le lien: beau. je prends le temps d’apprecier.
sinon pour l’histoire, elle évoque chez moi autre chose que la finalité de l’enquête. les habits ne font pas le moine, et les imbéciles font malhreusement le monde. par imbécile j’entends toute personne existante n’ayant acune reflexion sur l’existence. Cela dit, j’ai toujours aimé être imbécile mais heureux. mais est-ce que les imbéciles sont heureux. ceux qui s’essuient avec les poemes de Victor Hugo, qui mangent sur le monde diplomatique, qui rabaissent les intellos et remarquent les prostituées. voilà tout. desespérément el vôtre.

Ratchounette 15 juin 2009 - 2 h 56 min

Haaaaaa Trugluff j’ai mon poil qui s’hérisse et le coeur ému. Ton article me parle tellement ! Je reste sensible au beau et je me refuse toujours à mener la vie de fou qu’on veut nous imposer !
Merci pour cet article !

Gros bisous de Ratchounette

Daniel 14 juin 2009 - 1 h 31 min

belle histoire et joli blog. je reviendrai fouiller !

new3ben 13 juin 2009 - 5 h 06 min

article du washington post  et analyse tronche de cakienne intéressants!

un point qui n’est pas abordé cependant, les phénomènes de mode, et le mimétisme de groupe!
au théatre tout le monde aime, du coup, personne n’oserait ne pas aimer.
dans le métro tout le monde court, alors personne n’ose ralentir.

je me demande ce qui se serait passé si on avait passer dans le theatre de boston un joueur moyen en l’annoncant comme la nouvelle star d’un pays éloigné!

Avec un sens de la critique et un libre arbitre aussi développé que les biceps d’une mouche, les spectateurs auraient peut etre adorés!!!

moi aussi peut etre….
et toi?

il est temps de musclé nos neurones!
pour ca je propose par exemple de lire ce blog régulièrement

Chicane 13 juin 2009 - 0 h 18 min

Bonjour ! Premier point : à réception d’un e-mail de votre part, je découvre votre blog aujourd’hui ! Génial ! Quel bonheur ! Enfin une journée qui commence bien ! J’en ai lu, lu, lu, et j’en garde pour ce soir ! Mon livre de chevet ! Je vous recommande à tour de bras et je sais que je vais faire des adeptes ! 
Deuxième point : sur cet article. C’est la démonstration de l’un des plus grands drames actuels : l’enfermement et l’ignorance. Pour avoir frôlé “à un poil près” le passage dans l’au-delà il y a 10 ans, j’ai décidé, et je continue, de relativiser chaque chose, et de virer tout ce qui n’en vaut pas la peine. Du coup, avec beaucoup plus de place dans la tête et dans le planning quotidien, on dispose de beaucoup plus de temps pour regarder, écouter, et… apprécier ! La directive fondamentale aujourd’hui : se donner du temps ! Personne ne nous en donnera, au contraire !
Ah ! J’oubliais ! Toujours servir tout ça sur une bonne grosse couche d’humour !
Mille fois bravo et continuez à rendre plus belles nos journées !

Piero 12 juin 2009 - 2 h 31 min

Malheureusement, mon patron m’aurait sûrement viré si, arrivant en retard au boulot, j’avais sorti l’excuse de m’être arrêter pour écouter la plus belle musique du monde, jouée par un des plus grands musiciens du monde.
Alors, j’ai couru en entendant le bruit de la rame entrante!
Salauds de patrons.  Piero

Le+Huron,+Pangloss+et+Cie 12 juin 2009 - 8 h 04 min

Pour apprécier la beauté de la nature, la beauté “brute”, il faut avoir un minimum d’humanité. Mais l’art, et en particulier la musique qui est un art majeur, est une création de l’homme. Pour l’apprécier, il faut d’abord le comprendre ce qui exige un apprentissage. Comment apprécier un poème écrit dans une langue qu’on ne comprend pas?

malou 12 juin 2009 - 2 h 16 min

Le temps est trop dangereux, cela fait trop réfléchir…. c’est une des astuces de notre temps de presser les gens. Ils deviennent plus maléable et surtout, renforcer par ce slogan que je trouve bête ” Le temps c’est de l’argent “.Cela n’arrange pas les choses.
Je ne connais pas ce muscien, mais quand même payez 100 dollars la place, même si la valeur du dollars européen est plus forte, cela me chie à l’oreille….. mais en même temps, il a raison si les plus riches sont assez … pour payer, au lieu d’attendre qu’il joue gratuitement dans le métro…..

Je ne sais pas si vous avez vu le documentaire ” Baraka ” de Ron Fricke, prenez le temps de le regarder……

sixtine 11 juin 2009 - 1 h 31 min

Pas sympa pour Bardot, les gars ! Qu’on le veuille ou non, quelle beauté ce fut, cette nana ! Après, les outrages du temps, c’est pour chacun…on aura notre lot !
Pour revenir à ce super billet, il suffit de nous regarder vivre pour comprendre ! Des robots ! Des automates ! Droit devant, surtout ne pas regarder autour de soi ! Vivre avec un téléphone à l’oreille ( pas facile pour écouter les autre sons !), sa petite vie perso, et se dépêcher de vivre pour aller plus vite dans le trou …! Prendre le temps ? Pfuit !C’est perdre son temps !

Trugluff 11 juin 2009 - 1 h 31 min

Tout est dit! Merci de l’avoir dit et à bientôt.

Les commentaires sont fermés.

A découvrir et à lire sans modération

L'actualité mordante du Net : 13ème année
Toute la Gaule est occupée par la connerie … toute ? Non !
Une tribu d’irréductibles, les Tronches de Cake, résiste encore et toujours contre les cons.

A lire sans modération et à partager.