Gaspillage et abattage industriel l’Holocauste de l’animal

Gaspillage et abattage industriel l’Holocauste animale

Gaspillage et abattage industriel l’Holocauste de l’animal

 

 

Après le réveillon, ce petit morceau d’aimable veillée funèbre, le Balto porte encore trace des fêtes avec ses guirlandes et son sapin, que l’on tarde toujours à ranger. La crainte sans doute de retrouver le quotidien et d’abandonner un instant de mémoire agréable. Cette mémoire qui sert pour les souvenirs de famille comme pour les camps de concentration.

Notre appétit vorace nous rend coupable de notre soutien implicite à la Grande Distribution mondiale. Elle veut nourrir le plus grand nombre au meilleur prix en chaussant les bottes Nazies contre l’espèce animale. Tragique situation que nous laissons faire.

Mais nos Tronches de Cake qui elles aussi ont la peau du ventre bien tendue en débattent, écoutons-les.

 

Huby – Je suis toujours un peu triste de cette période des fêtes, ça me donne le cafard. Je suis contente que ce soit fini.

Blaireau – Je te comprends. Il ne te restait qu’à inviter le bourdon, pote du cafard qui lui aussi fout une sale ambiance partout où il passe.

Huby – C’est drôle mais tu vois, ces agapes vertigineuses qu’imposent Noël et le réveillon me font penser, plus que jamais au gâchis généré. Et personne ne s’en émeut !

ARCHIBALD – Je suis d’accord avec toi. Moi aussi je pense à ces camps d’extermination que cela suscite pour l’occasion comme pour tous les jours. Rien ne m’agace autant que tous ces gens qui ne finissent jamais leur assiette tout en reprenant le plat suivant. Par respect pour la bête, en agissant ainsi ils devraient songer qu’elle est morte pour rien.

Huby – Tu t’illusionnes. Pour penser cela il faudrait songer à l’animal or, aujourd’hui c’est trop demandé. On pense viande jamais de l’animal. C’est devenu

 un vulgaire produit de consommation que j’allais … spontanément qualifier de « déshumanisé ».

Madgic – Quand j’imagine ces cochons de 100 kg mis dans 0.86m2 ! Je croyais qu’il n’y avait que le Docteur Mengele pour réaliser de telles expérimentations contre nature ! Quel esprit sain peut sous le couvert de l’élevage intensif limiter l’espace de vie des poules, lapins et autres à quelques centimètres carrés. Leurs poils et plumes ne poussent même plus tant ils sont serrés ! Pourtant, les prairies ne manquent pas.

Cake 40 – D’accord, mais rappelons-nous que par seconde 2000 animaux sont tués dans le monde pour nourrir plus de 7 milliards d’individus.

ARCHIBALD – Est-ce que pour autant nous devons devenir les Nazis de l’espèce animale ? Je me permets de te rappeler que le consommateur que tu es, vote en remplissant son caddy.

Huby – Mangeons moins mais mangeons mieux. C’est vraiment à la portée de tout un chacun … à condition de le vouloir.

Blaireau – Quand je vous entends cela me rappelle que l’écologie est une chose merveilleuse. Quel gâchis de la laisser aux écolos.

Cake 40 – Leur silence sur ce sujet est à mon sens coupable d’inaptitude. Dire qu’il existe des paysans qui élèvent des vaches, juste pour les donner à bouffer aux cochons, ça me retourne le cerveau.

Blaireau – D’un autre côté, manger du cochon, quand t’es un gros con, c’est du cannibalisme !

Magmax – Bien observé mais je ne vous cache pas que je m’en fous pas mal que le poulet soit élevé au grand air. De toute manière, je mange pas les poumons.

 

Abonnez-vous et partagez cet article avec votre mari, femme, frère, copain, copine, voisin, voisine, collègue, cousine, cousin, tante, oncle, beau-frère, belle-sœur, grand-père, grand-mère, belle-mère, beau-père, Monsieur Bricolage, merci.

Je m’abonne et c’est gratuit

actuellement 3 867 abonnés 

 

 

Sources   cliquez sur le lien :   Munchies      France Info      terra de Yann Arthus Bertrand

18 Commentaires

  • Bien venu au pays du SOLEIL VERT: les écrivains sont des visionnaires et nous des futurs anthropophages. N’avons-nous pas la même comestibilité que la viande de PORC!

  • La confusion de genre (holocauste) est simplement scandaleuse !!
    Moi qui hésitait .. je décide maintenant de me faire un entrecôte saignante, encouragé par ce délire.
    Pour la compassion, vous n’avez aucune légitimité à donner des leçons.

    • Mais je n’essaie pas de donner des leçons, j’expose un fait en appuyant sur la craie tout en émettant également des avis contraires parce que la vérité est partagée. A bientôt et merci pour cet avis

  • Les vétérinaires de poulailler n’apprennent plus à soigner la maladie de lapine pour la santé du râble.

  • et on continu de faire des gosses

  • Lorsqu’il y a 20 ans, j’ai vu comment on allait jusqu’à casser les pattes des vaches pour les amener à l’abattoir, je suis devenu végétarien, et ça m’a fait de… vaches économies.
    La différence avec les camps de concentration, c’est que le but n’était pas précisément de les engraisser…!

    • C’est juste, mais la machine à tuer reste la même. Pour ma part, j’ai réduit considérablement ma consommation de viande et choisis exclusivement de la viande de chez nous élevée au grand air.

  • Je trouve indécent dé parallèle entre le massacre des oies /canards et le génocide perpétré par les nazis

    • Moi aussi, mais pour marquer les esprits il faut des symboles forts. Ceci mis à part, ce traitement industriel des animaux ne vous choque ? Est-ce parce qu’ils ne sont pas juifs que cela ne doit pas nous révolter ?

  • Assez d accord avec vous mais..
    Pourquoi ne pas commencer à évoquer le sort des vieux dans les EHPAD . Traités pire que des animaux….dans l indifférence générale. Eux,ce sont pourtant des êtres humains .

  • Vous avez parfaitement raison. Mais, à mon sens, l’allusion à l’holocauste en assimilant le sort des animaux (élevage et abattage barbares, j’en conviens) risque d’être contre-productif.

    • Je ne l’espère pas. Je voulais simplement marquer les esprits en comparant l’homme à l’animal car pour moi ce dernier ne vaut pas moins que l’homme. Attendons de voir les commentaires et réactions. Merci pour la votre.

  • Excellent sujet !

    Vous auriez pu aussi faire allusion au mode de mise à mort. Mon propos n’a rien de religieusement polémique, Mais juste de compassion vis à vis des animaux.
    Mon père qui était vétérinaire m’avait soigneusement expliqué qu’une procédure légale avait été mise en place pour l’abattage des gros animaux.
    Il consiste à étourdir l’animal au moyen d’un pistolet muni d’un gros clou propulsé par une petite charge explosive qui lui faisait perdre instantanément conscience. Avant que l’animal ne se réveille il était saigné. C’était une procédure obligatoire pour limiter le stress et la douleur de l’animal.
    Aujourd’hui plus de la moitié des animaux sont tués (même lorsque ce n’est pas nécessaire pour des raisons de facilité !) suivant le rite halal qui consiste à les saigner vivants, parfois suspendus par une patte arrière… 
    C’est moins hygiénique car l’animal se secoue, vomit le contenu de son estomac mélangé au sang… qui servira à faire du boudin ? et surtout très cruel !
    Au nom d’une religion aux pratiques contestables, dans un pays républicain où règne la séparation de l’Eglise et de la loi c’est un retour en arrière difficilement acceptable de changer pour un retour arrière vers la barbarie !

    Une bonne année à nos Tronches préférées !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.