émoi et moi – moi je personnellement, je m’aime

émoi et moi – moi je personnellement, je m’aime

Les manifs s’éloignent avec leurs contradictions et leurs chasseurs d’espoir quand au Balto le percolateur et la pression sifflent l’heure de discuter en cœur.

 

Le Balto a cette particularité, diffuser le meilleur journal d’info du PAF (paysage audiovisuel farfelu), le seul journal qui sente la mauvaise foi, l’encre et le café. Et le café, ça réveille quand le dialogue ouvre les volets.

 

Magmax « Moi, je personnellement, j’en ai marre de tous ces gens toujours préoccupés de leur petite personne au lieu de penser à la mienne. »

ARCHIBALD « Tient donc ! Ta phrase est le bel exemple de dégénérescence syntaxique témoin du narcissisme ambiant général. On s’aime tellement que l’on ne peut s’empêcher de débuter une phrase par « moi je » que l’on soit politique, journaliste, immortel ou simple mortel. Soyez attentifs, écouter autour de vous et écoutez-vous parler ! Personne n’échappe à ce nombrilisme pratiqué par tous. »

Madgic – « C’est le propre de notre société, il y a Moi et le monde tourne autour de mon nombril à tel enseigne qu’il me faut indiquer ma présence en la renforçant par deux pronoms personnels au cas où un crétin ne comprendrait pas que je parle de moi. »

Blaireau  « Ben, heureusement que je parle de moi, je suis mon seul objet personnel, sinon j’ai rien… »

Huby « Rien d’étonnant qu’avec une telle admiration de soi les parents ne puissent admettre qu’avoir enfanté des petits génies auxquels ils donnent tous les droits. »

Magmax « Ouai, Ouai ! Des génies sans bouillir si tu veux ! Moi je suis pas un génie parce que ça m’intéresse pas mais les vrais génies tu les reconnais vite, ils ont la cervelle deux fois plus Moi--Je.jpggrosse que la normale. Si t’en manges, tu peux pas tout finir. »

ARCHIBALD « Je suis inquiet pour toi Magmax, depuis longtemps déjà tu dis que tu aimes les fleurs et tu leur coupes la queue, tu dis que tu aimes les chiens et tu leur mets une laisse, tu dis que tu aimes les oiseaux et tu les mets en cage, tu dis que tu t’aimes alors moi j’ai peur pour toi. »

Madgic « Moi j’en connais qui s’aiment tellement qu’ils se regardent dans l’œuf au plat qu’ils viennent de réussir. »

ARCHIBALD « Avez-vous entendu ? Que du moi je, moi je. Pourtant pour s’améliorer il suffirait simplement de remplacer « je » par « nous » et « hier » par « demain », mais en sommes-nous capables ? »

 

                                                                      
à la next si vous m’aimez …

visa-Trugluff-avec-fond.png

   

P.S : vous avez aimé, abonnez-vous en vous inscrivant à la rubrique « J’aime, je m’abonne pour rire  » et n’oubliez de le proposer aux copains et copines

 

 

6 Commentaires

  • Avant d’aimer les autres, il faut commencer par s’aimer soi-même et puis après, s’efforcer d’être aimable.

  • attention, y a des percos qui explosent parfois !

  • nous on aime !

  • Ego sans trique? Je tue il? Le Je en vaut il la chandelle?

    Un pour tous, et tous pour moi?

    Comme Trugluff le faisait remarquer dans un précédent (excellent) article la somme des interets individuels l’emporte sur l’intérêt collectif. Mais la société a tellement habitué ses composants
    individuels à recevoir qu’ils ne pensent plus devoir lui donner – sauf obligations… mais n’allez pas croire pour autant que je verse mes impots avec le sourire… surtout quand je vois ce qu’on
    en fait.

    Peut être est ce aussi une conséquence du manque de vrais leaders politiques, capables de mobiliser les fools …les foules (pardon) et les volontés vers un but commun,  un vrai projet de
    société. Les tribuns ont été remplacés par les gestionnaires… et quand on compte « les sous » on ne s’occupe plus du reste!

    a1 2c4

    (pour une fois je fais court …)

  • bonsoir !!
    j’ai encore récupéré ton article dans les indésirables !!!
    bravo —- bien dit –   excellent –
    bonne continuation
    bises   lady marianne

Les commentaires sont clos